Après plusieurs couacs, l'Union européenne va accélérer sa campagne de vaccination contre le Covid-19 grâce au nouvel accord de 50 millions de doses supplémentaires négocié avec Pfizer, qui seront livrées en avril, mai et juin. "Les vaccins sont déjà fabriqués et sont prêts à être mis dans de petits flacons", a confirmé le commissaire européen Thierry Breton, au micro d'Europe 1 ce vendredi.

"L'objectif est de livrer à l'ensemble des États membres de quoi vacciner au moins 70% de la population adulte, et ce avec double dose, d'ici mi-juillet", a-t-il déclaré, assurant que la promesse sera tenue.

Les livraisons devraient permettre à l'Union d'avoir une capacité "qui va dépasser 90%", mais "on se donne une marge de risque" réduisant la capacité à 70%, précise le commissaire européen. "Nous serons, oui, en capacité de fournir aux États membres la possibilité de vacciner, double dose, 70% de la population adulte", a-t-il martelé.

Thierry Breton a défendu la politique vaccinale menée dans l'UE, critiquée pour les retards de livraisons. "Nous sommes le seul continent à fournir des vaccins pour nous et pour les autres", a-t-il déclaré, précisant que l'Europe avait fourni "l'intégralité des doses pour Israël". Le commissaire a tout de même reconnu "un démarrage lent entre le moment où on commande les vaccins et le moment où on les fabrique".

Thierry Breton s'est également réjoui que l'Europe soit "la première capacité de fabrication de vaccin" au monde désormais. D'ici la fin 2021, l'UE pourra fabriquer 3 milliards de doses par an, assure-t-il. "Nous avons réussi à augmenter de façon exceptionnelle la production de vaccin. Aujourd'hui, 53 usines travaillent nuit et jour, sept jours sur sept."

Alors que la Russie a entamé des discussions avec Berlin pour la vente de son vaccin Spoutnik V, le commissaire est resté prudent sur le vaccin russe qui divise l'Europe. "J'ai beaucoup de respect pour les scientifiques russes, je n'ai aucun doute que ce vaccin fonctionne [...] mais derrière il va falloir le fabriquer". "On n'aura rien avant la fin de l'année".