L'Union européenne "regrette" la condamnation en Arabie Saoudite de la militante des droits humains Loujain al-Hathloul et espère qu'elle sera libérée "rapidement", a indiqué mardi un porte-parole du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. La militante de 31 ans a été condamnée lundi à cinq ans et huit mois de prison en vertu d'une loi "antiterroriste", une peine assortie d'un sursis qui la rend libérable dans quelques mois, selon sa famille. Elle a déjà passé plus de deux ans en détention provisoire.

"L'UE regrette" la condamnation de Loujain al-Hathloul, "poursuivie pour avoir défendu les droits élémentaires des femmes, qui font partie des réformes que le royaume d'Arabie saoudite a introduites", indique le porte-parole dans ce communiqué.

Loujain al-Hathloul avait été arrêtée, avec d'autres militantes, peu avant la levée de l'interdiction de conduire faite aux Saoudiennes, une réforme pour laquelle ces femmes militaient.

"L'UE comprend que le jugement (...) ouvre la possibilité d'une libération anticipée. L'UE espère que cela se produira rapidement", ajoute-t-il. La France et l'Allemagne avaient appelé dès lundi les autorités saoudiennes à libérer rapidement la jeune femme