Une procédure écrite a été lancée pour permettre aux gouvernements des 27 de confirmer leur accord, et les sanctions entreront en vigueur avec la publication de la liste jeudi au journal officiel de l'UE, a-t-on précisé de mêmes sources.

Les ministres des Affaires étrangères de l'UE s'étaient entendus lundi sur le principe des sanctions et il ne restait plus qu'à les finaliser "sur la base des propositions faites par la France et l'Allemagne et des preuves réunies".

"Tout le monde a accepté", avait souligné le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell à l'issue de la réunion organisée au Luxembourg.

Les sanctions consistent en une interdiction de voyager dans l'UE et un gel des avoirs.

Au total sept nouveaux noms vont venir s'ajouter à une liste existante créée en 2018 pour sanctionner l'utilisation d'armes chimiques en Syrie. Cette liste compte déjà 8 noms, dont 4 Russes, et un centre de recherches en Syrie.

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a confirmé qu'Alexeï Navalny a bien été empoisonné par un agent neurotoxique du groupe Novitchok, une substance conçue par des spécialistes soviétiques à des fins militaires.

Josep Borrell a informé mardi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov de la décision de l'UE lors d'un entretien téléphonique.