Europe

Près de 400 personnes de plus que les moyennes normales de saison sont mortes aux Pays-Bas pendant la canicule record qui a frappé l'Europe en juillet, a indiqué vendredi l'agence néerlandaise de statistiques (CBS). 

Les températures néerlandaises ont atteint 40,7 degrés le 25 juillet à Gilze-Rijen (sud), battant le record de 1944 et dépassant pour la première fois les 40 degrés depuis les premiers enregistrements de températures.

Au total, 2.964 personnes sont mortes dans la semaine du 22 au 27 juillet, a rapporté le Bureau central des statistiques néerlandais, ajoutant que "cela représentait presque 400 personnes de plus que dans une semaine normale en période estivale".

"La canicule a été courte mais très intense, avec des températures qui ont dépassé tous les records jamais mesurés aux Pays-Bas", a dit le CBS.

La plupart des morts supplémentaires sont des personnes âgées, avec 1.687 personnes âgées de plus de 80 ans décédées pendant la canicule, soit 300 de plus que sur une semaine estivale normale, a précisé l'agence gouvernementale.

Les taux de mortalité ont aussi été plus élevés dans la partie est des Pays-Bas, là où les températures étaient les plus chaudes, que dans d'autres parties du pays où il a fait relativement plus frais.

Les records se sont accumulés en Europe pendant cette canicule brève mais torride, avec la Grande-Bretagne, la Belgique, l'Allemagne et la capitale française vivant toutes leurs jours les plus chauds jamais enregistrés.

Les températures de plomb ont attiré l'attention du public sur les problèmes causés par le réchauffement climatique.

En Belgique, l'institut belge pour la santé, Sciensano, a constaté une "surmortalité modérée" à la suite de la période de forte chaleur - qu'il situe pour sa part du 21 juin au 1er juillet -, estimant que 102 décès supplémentaires sont survenus au cours de cette période.