La commission chargée de faire la lumière sur la gestion par le gouvernement local des accusations visant l'ex-Premier ministre et dirigeant du Scottish National Party (SNP, indépendantiste) Alex Salmond, blanchi par la justice en 2020, a conclu qu'il existait une contradiction dans le récit de Nicola Sturgeon au sujet d'une réunion au début de l'affaire.

Selon cette commission, contrairement à ce que Mme Sturgeon a affirmé, elle a donné l'impression à Alex Salmond qu'elle interviendrait dans l'affaire, lors de cette réunion du 2 avril 2018. "Son témoignage écrit est donc un compte rendu inexact de ce qui s'est passé", a-t-elle indiqué dans une conclusion rejetée par quatre députés SNP du parti de la dirigeante.

Il s'agit d'une "violation potentielle" du code de conduite ministérielle, ajoute la commission, renvoyant toutefois en la matière aux conclusions d'une enquête indépendante menée par l'ancien procureur James Hamilton.

Ce dernier a cependant exonéré lundi Nicola Sturgeon de toute violation dans son rapport, apportant une victoire majeure à la dirigeante.

Mardi matin, elle a dit vouloir "laisser la politique aux autres" pour se concentrer sur l'anniversaire du premier confinement britannique.

Son ancien mentor Alex Salmond avait affirmé qu'elle avait pris part à un complot pour l'écarter de la vie publique.

Cette affaire fratricide, qui a entraîné des appels à la démission de Nicola Sturgeon de la part de l'opposition, secoue les indépendantistes avant des élections locales le 6 mai, qu'ils espèrent remporter haut la main pour obtenir l'organisation d'un nouveau référendum d'autodétermination pour l'Ecosse.

# Belga context

View full context on [BelgaBox] ( http://m.belga.be?m=dbmmacnh )