Europe

Nantes s'apprête à vivre un samedi sous tension avec des appels à manifester en hommage à Steve Maia Caniço et contre les violences policières, lancés sans le soutien de la famille, et un centre-ville interdit aux rassemblements.



"Pour Steve - contre les violences policières": une marche doit débuter vers 11H00 sur l'île de Nantes, non loin de la grue jaune, où le corps de cet animateur périscolaire de 24 ans a été retrouvé lundi dans la Loire.

Steve Maia Caniço avait disparu dans la nuit du 21 au 22 juin lors de la Fête de la musique, alors qu'il assistait à un concert en bord de Loire, où les forces de police étaient intervenues. Durant cette nuit, plusieurs personnes étaient tombées dans le fleuve. Des participants avaient raconté avoir été aveuglés par le gaz lacrymogène.

Une "manifestation contre les violences policières" doit, elle, commencer vers 13H00 à la station Commerce, dans le centre-ville, à proximité immédiate du périmètre interdit par les autorités.

En raison "d'informations concordantes sur la volonté d'un certain nombre de groupes d'activistes d'en découdre avec les forces de police", le préfet de Loire-Atlantique Claude d'Harcourt a décidé d'interdire tout rassemblement dans une grande partie de Nantes de 10h à 20h. La préfecture dit n'avoir reçu aucune déclaration de manifester.

Sont également interdits "le port et le transport, sans motif légitime, d'objets pouvant constituer une arme", dans une ville qui n'a pas été épargnée par des dégradations et des violences lors des manifestations des "gilets jaunes".

Dans un appel à manifester vindicatif, "Nantes révoltée" demande de manifester parce que les policiers "tirent des grenades pour arrêter des chansons" et "parce que l'attaque policière de la Fête de la musique n'est que l'aboutissement d'années de violences et d'impunité pour les forces de l'ordre".

Brassard noir 

Mais cet appel aux rassemblements n'a pas eu l'assentiment de la famille de la victime. Les proches de Steve "n'acceptent qu'un soutien amical, artistique et pacifique", a déclaré leur avocate Me Cécile de Oliveira.

Selon le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, "évidemment (...) il y a la possibilité d'organiser un rassemblement (...) mais cela est encadré pour éviter des débordements et des violences".

Freeform, structure nationale qui accompagne l'organisation de rassemblements festifs, a lancé un appel au calme. "Nous tenons à rappeler que la famille et les amis de Steve ne s'y associent pas mais surtout que, de notre point de vue, tout débordement desservira la cause de la justice".

Outre Nantes, des appels à manifester ont été lancés dans tout le pays pour ce week-end, émanant notamment de groupes de "gilets jaunes" : Toulouse, Caen, Le Havre, Montpellier, Paris samedi ou encore Tours et Rouen dimanche.

Des "gilets jaunes", qui ont appelé comme chaque semaine à une manifestation samedi à Paris, invitent à un hommage à Steve en jaune avec un brassard noir.

"Après Steve, à qui le tour?" A Toulouse, les "gilets jaunes" ont donné le ton sur Facebook du thème de leur manifestation.

La polémique sur l'attitude de la police le soir de la Fête de la musique reste vive.

Le rapport de l'IGPN, dévoilé mardi, a été jugé par certains trop favorable aux policiers. Selon la "police des polices", "il ne peut être établi de lien entre l'intervention des forces de police (...) entre 04H20 et 04H52 quai Wilson à Nantes et la disparition de M. Steve Maia Caniço après 04H00 dans le même secteur".

Mais des zones d'ombre demeurent. Pour "aller plus loin", le Premier ministre Edouard Philippe a demandé une enquête de l'inspection générale de l'administration (IGA).

Vendredi, Christophe Castaner est revenu sur l'utilisation de gaz lacrymogènes par les forces de l'ordre, admettant qu'il y avait un "questionnement" sur leur usage.