Posté sur Twitter, le cliché a suscité des centaines de partages, pour la plupart moqueurs, les internautes estimant que l'ancien ministre avait trafiqué le cliché, pour se donner des airs d'alpinistes aguerri. La photo est en fait authentique.

La photo postée le 12 août sur Twitter par Eric Woerth, ancien ministre du Budget puis du Travail des deux premiers gouvernements Fillon, actuellement député de l’Oise, a suscité beaucoup de moqueries. Les internautes doutant de sa véracité. Sur la photo, on le voit escalader l’aiguille d’Argentière, sommet majeur du massif du Mont-Blanc (3 901 mètres).

Alors qu’Eric Woerth affirme, dans un autre tweet, avoir gravi ce glacier "sur les pointes en avant", pour résister à l’inclinaison de la pente, de très nombreux internautes, opposants politiques et médias ont estimé que la photo était truquée. Pour "preuves" : deux personnes à l’arrière-plan de la photo semblent se tenir debout. De plus, la languette de sa veste ou de son sac à dos semble pendre en contradiction avec les lois de la gravité. De même que les cordes utilisées pour l’ascension.

La photo d’Eric Woerth est ainsi devenue rapidement un «meme», du nom de ces photos détournées à l’infini sur Internet. Woerth sur la lune, dans Mission Impossible et même dans Jurassic Park, l’ascension a été détournée à toutes les sauces.


Plusieurs titres de presse ont accompagné ce mouvement, doutant fortement dans leurs articles de l’authenticité de la photo : «Le député LR de l’Oise aurait peut-être dû vérifier l’arrière-plan de la photo avant de la publier», écrit le Huffington Post. «L'"exploit" d’Eric Woerth dans les Alpes : faire pivoter une photo pour faire croire qu’il escalade un glacier», titre Marianne, tandis que L’Obs parle d’un «montage quelque peu grossier».

"Tout est normal"

Il semblerait pourtant que cette photo soit vraie. Contacté par CheckNews, l’Office de haute montagne, basé dans les environs du Mont-Blanc, affirme que cette photo est «tout à fait cohérente» : «L’angle et la lumière, tout est cohérent avec ce qui est posté sur le compte Twitter de Monsieur Woerth. C’est une voie qui est encore parcourue en ce moment, une pente à 45 à 50 degrés, où il vaut mieux en effet se tenir sur les crampons. Tout est normal.»

La piste empruntée par Woerth, celle du glacier du milieu, est en effet décrite comme «raide à la fin, à 40 ou 45 degrés sur 400 mètres» selon le site Altituderando. La montée est également présentée ainsi par le site «Camp to camp» : «Remonter le glacier en restant sur sa rive droite jusqu’à 3350 m environ. La traverser alors pour rejoindre sa rive gauche sous le Casque puis monter en direction de la rimaye que l’on franchit plutôt rive droite du glacier. La pente devient alors plus raide (35° puis 40°) et se redresse progressivement jusqu’à un goulet où elle devient plus étroite (45° - rochers). La pente s’adoucit progressivement jusqu’à la crête sommitale située entre le sommet W et le sommet principal.»

Comment expliquer que d’autres personnes semblent apparaître debout en arrière-plan ? «La pente est moins raide à cet endroit-là, et on peut tenir debout», répond l’Office de haute montagne à CheckNews, qui s’étonne qu’un tel cliché ait pu provoquer une polémique, affirmant que «de telles photos sont prises toute l’année.»

Sur plusieurs vidéos Youtube, comme sur celle visible ci-dessous, on peut en effet apprécier la raideur de la pente, tout en constatant que deux personnes apparaissent debout en arrière-plan.


Sur Twitter, en réaction à la polémique, un internaute a posté une photo montrant selon lui le même endroit, où là encore des personnes sont debout en arrière plan. Au première plan, on voit une personne dans la même posture qu'Eric Woerth.


Egalement contactée, la personne qui a assisté Eric Woerth lors de cette ascension, et qui a pris le fameux cliché, Jean-Franck Charelet, guide de haute montagne à Chamonix, donne sa version : «On est en train de descendre l’aiguille d’Argentière, c’est 45 degrés d’inclinaison de moyenne, c’est un endroit pas du tout anodin, je suis donc en train de faire un relais dans la pente. je suis en train de l’assurer il est en train de descendre. La photo peut apparaître un peu trompeuse, mais c’est le grand-angle qui accentue un peu la pente.»

Ce que confirme notre correspondant à Grenoble, François Carrel, spécialiste de la montagne et lui-même alpiniste et photographe : «C’est un défaut ultraclassique en photo de montagne: le photographe, lui-même en pleine pente, a tendance à se pencher du bon côté au moment de la prise de vue pour ne pas risquer la glissade ! Je dois très souvent redresser les miennes, en utilisant la ligne d’horizon en général. En réalité donc, un petit quart de tour se serait imposé sur cette photo pour avoir la vraie pente qui est effectivement de 40 à 45° au glacier du milieu de l’aiguille d’Argentière.»

Sur son compte Twitter, Eric Woerth a réagi au lendemain de la polémique, le 13 août, écrivant : «L’avalanche (phénomène dangereux en montagne..) de commentaires suscités par la publication d’une photo de montagne m’oblige à dire, au risque de décevoir, que cette image est vraie et sans retouche, le sens de la photo est le bon , mais le bon sens est une valeur rare…» Des propos qu’il réitère auprès de CheckNews.