Dans une série d'entretiens avec l'agence de presse d'Etat russe Tass, le président russe Vladimir Poutine a abordé jeudi le remaniement inattendu de son gouvernement le mois dernier. A cette occasion il a également fait référence à l'absence de formation fédérale en Belgique. Il y a quelques semaines, le gouvernement de Dmitri Medvedev a été dissous de façon inattendue. M. Poutine a expliqué que la décision n'avait pas été prise spontanément. Elle n'était "ni inhabituelle ni inattendue", le président a déclaré en avoir discuté au préalable avec son ex-Premier ministre, M. Medvedev.

Il a eu avec ce dernier des "relations ouvertes, collégiales et amicales pendant des années", a indiqué le chef du Kremlin. "Nous n'avons pas de secrets l'un pour l'autre." Cependant, M. Poutine ne s'est pas exprimé sur la question de savoir quand et pourquoi M. Medvedev a décidé de démissionner.

À peine quelques heures après l'annonce de la démission de M. Medvedev, le président russe a nommé le chef du fisc russe, Mikhail Mizustin, relativement inconnu du public, au poste de Premier ministre.

M. Poutine a expliqué avoir dû prendre cette décision en urgence afin d'éviter le chaos. "Vous ne pouvez pas jouer avec le feu. La Russie n'est pas la Belgique, qui peut se passer d'un gouvernement durant une année entière", a ironisé le chef du Kremlin.