Cette somme comprend les coûts d'achat, de production et d'administration des vaccins. Les estimations n'incluent pas les dépenses liées aux futurs programmes de vaccination pluriannuels. L'organisme de régulation indique également qu'il existe encore des incertitudes au sujet de ces estimations, qui dépendent de la manière dont les vaccins passeront les tests et de ce qui sera nécessaire pour les produire.

Le NOA souligne en outre d'éventuels coûts supplémentaires, car les contrats relatifs aux vaccins comprennent une sorte de clause de protection juridique convenue avec les entreprises pharmaceutiques contre les poursuites et les réclamations en cas d'effets secondaires négatifs. Le gouvernement prendrait alors en charge ces frais.

Le Royaume-Uni procède déjà à la vaccination avec les médicaments Pfizer et BioNTech. Des contrats permanents ont également été signés pour les vaccins d'AstraZeneca et de l'université d'Oxford, ainsi que pour ceux des sociétés pharmaceutiques Moderna, Novavax et Valneva.