"Des feux épars dans la prairie autour du camp mais aussi à l'intérieur de la structure", selon les pompiers, ont provoqué l'évacuation du plus grand et du plus sordide camp d'Europe, qui héberge actuellement près de 12.700 demandeurs d'asile.

Selon ces services, "des feux épars dans la prairie autour du camp mais aussi à l'intérieur de la structure" mobilisent 25 pompiers et 10 véhicules pour évacuer le camp.

Les autorités ont évacué la plupart des personnes, alors que tout le campement était enflammé, signale le média grec public ERT, cité par dpa.

Des vents violents 60km/h ont nourri les flammes. Les dégagements de fumées et les feux étaient tels que les routes d'évacuation ont été impraticables, selon les volontaires et associations caritatives sur place.

Selon un photographe de l'AFP sur place, "la quasi-totalité du camp est en feu, aussi bien à l'intérieur que les tentes qui se trouvent à l'extérieur dans l'oliveraie". "Des demandeurs d'asile fuient le camp à pied en direction du port de Mytilène mais sont bloqués par les véhicules des forces de l'ordre", ajoute-t-il.

Stand by Me Lesvos, une association regroupant locaux et réfugiés, s'alarme sur Twitter: "Tout brûle, les gens fuient". "Certains témoignages rapportent que des locaux bloquent le passage (des réfugiés) dans le village voisin", ajoute aussi l'association.


Les pompiers grecs étaient déjà en charge de l'extinction d'un feu de forêt conséquent à 25km de Moria depuis jeudi.

Selon les derniers recensements, environ 12.700 personnes vivent dans le camp de migrants et aux alentours, alors que la capacité officielle de l'infrastructure est de 2.757 personnes.

La raison du départ de feu est encore indéterminée, certains résidents évoquant que des personnes vivant sur l'île aient pu bouter le feu, d'autres que des migrants aient été à l'origine de l'incendie et auraient ensuite empêché le travail des services d'incendie.

D'après l'agence de presse grecque ANA, les feux auraient été déclenchés suite à la révolte de certains demandeurs d'asile qui devaient être placés en isolement, ayant été testés positifs au coronavirus ou proches d'une personne ayant été détectée positive.

La semaine dernière, les autorités ont détecté un premier cas de coronavirus dans le camp de Moria sur l'île de Lesbos et ont mis le camp en quarantaine. Après la réalisation de 2.000 tests de dépistage, 35 personnes ont été détectées positives au Covid-19 à Moria.