"Un mois plus tard, où en sommes-nous? ", a directement interrogé Emmanuel Macron en débutant sa sixième allocution depuis le début de la pandémie de coronavirus. "Le nombre de nouveaux cas quotidiens a fortement diminué" depuis l'annonce du deuxième confinement. "Le second pic de l'épidémie est passé", a-t-il assuré avant de remercier le personnel soignant, qui a permis la prise en charge des malades du Covid-19. Mais le président français a aussi insisté sur l'accompagnement des personnes malades, mais aussi guéries et isolées.

"Aujourd'hui, nous avons atteint 50.000 décès dus à l'épidémie", a-t-il tout de même rappelé, "Nous avons devant nous encore plusieurs semaines pour atteindre les objectifs que j'avais fixé, qui sont sauver des vies et maîtriser l'épidémie". Une nouvelle étape s'ouvrira dès samedi. "Mais le confinement restera, et l'attestation de déplacement aussi", a annoncé Macron.

Mais plusieurs changements seront donc opérés, dès ce samedi 28 novembre:

- les promenades et activités physiques seront désormais possibles dans un rayon de 20 kilomètres et pour une durée de trois heures

- les sorties scolaires en extérieur pourront reprendre

- tous les commerces pourront rouvrir et les services à domicile pourront reprendre, selon des règles précises, jusqu'à 21h au plus tard


Une seconde étape sera franchie, si tout va bien, dès le 15 décembre:

- fin du confinement, mais un couvre-feu sera instauré entre 21h et 7h du matin sur tout le territoire, à l'exception des soirées de réveillon où le couvre-feu sera levé

- les activités extra-scolaires en salle, pour les stages par exemple, seront autorisées

- réouverture des salles de cinéma, des théâtres et des musées, suivant des mesures strictes

Cependant, a précisé Emmanuel Macron, les bars, restaurants et discothèques resteront fermés, et les grands rassemblements et événements festifs dans des salles interdits. "Les parcs d'attractions garderont leurs portes closes durant les vacances également", a aussi précisé le chef d'Etat. Pour les stations de sports d'hiver, "les décisions seront finalisées très prochainement, mais il me semble impossible d'envisager une ouverture pour les fêtes et bien préférable de prévoir une ouverture courant janvier dans de bonnes conditions", a annoncé Emmanuel Macron, qui a précisé que cela se ferait en coordination avec les pays voisins.


Ce n'est qu'à partir du 20 janvier, si les objectifs sanitaires sont atteints, que les restaurants et salles de sport pourront rouvrir leurs portes, et que les cours reprendront en présentiel dans les lycées, et 15 jours plus tard dans les universités, "avec la totalité des élèves présents".

"Nous ferons ainsi un point tous les 15 jours sur l'évolution de la propagation du virus, pour voir s'il faut ou non prendre des mesures supplémentaires pour limiter", a détaille le président, qui veut à tout prix éviter un troisième reconfinement à sa population. Pour cela, Macron a insisté sur trois outils:

- l'esprit de responsabilité de tous les Français (avec les gestes barrières notamment)

- la stratégie de testing que le gouvernement travaille à améliorer: "Nous sommes un des pays qui teste le plus", a rappelé le président, qui veut que les résultats des tests Covid arrivent en 24h maximum. "Nous devons casser plus rapidement les chaînes de contaminations à la racine", ce qui implique un traçage des cas contacts efficace.

- le vaccin: "Notre stratégie repose sur plusieurs vaccins, dont certains seront disponibles dès fin décembre-début janvier", a détaillé Emmanuel Macron, qui veut sécuriser le nombre de doses de vaccin anti-covid dont le pays bénéficiera. Un comité scientifique assurera le suivi de la vaccination, qui se fera dans un cadre transparent. "Je ne rendrai pas la vaccination obligatoire", a précisé le chef d'État français. Les personnes les plus âgées et les plus fragiles seront vaccinées en premier lieu. "Le retour à la normale n'est pas pour tout de suite, mais nous avons les moyens de vaincre ce virus".

Emmanuel Macron a également tenu à revenir sur la situation difficile de tous les indépendants, et le président a annoncé que toutes les entreprises fermées administrativement percevront 20% de leur chiffre d'affaires de 2019, "si cela est préférable pour eux aux 10.000 euros du fond de solidarité". Macron espère que toutes ces entreprises pourront rouvrir dès le 20 janvier. Il a également annoncé des aides pour les jeunes qui ne trouvent pas facilement de travail en cette période.

"J'assume de prendre ces décisions pour vous protéger au maximum dans ce contexte exceptionnel", a conclu le président français, "Il y a toujours beaucoup d'incertitude, mais je ferai tout ce que je peux pour me battre à vos côtés et vaincre cette épidémie. Je suis optimiste".