Il a toutefois confirmé une réouverture des écoles primaires et des garderies à partir du 8 février, ainsi que la possibilité dès le 10 février de vendre à emporter pour les magasins dits non essentiels, fermés depuis décembre.

L'ensemble des restrictions, qui devaient prendre fin le 9 février, sont les plus sévères que le pays a connues jusqu'à maintenant, les écoles, les commerces dits non essentiels, les cafés et les restaurants étant fermés et les particuliers ne pouvant recevoir chez qu'un invité par jour.

"Nous sommes arrivés à la conclusion qu'il est inévitable de prolonger le confinement actuel presque entièrement jusqu'au 2 mars", a déclaré M. Rutte au cours d'une conférence de presse dédiée à la gestion de la crise sanitaire.

"Nous ne pouvons ignorer l'émergence rapide du variant britannique. Et nous savons que si nous nous montrons trop optimistes maintenant, nous en verrions bientôt l'addition."

Le ministre de l'éducation avait déjà annoncé une première fois dimanche la réouverture des écoles primaires.

Le gouvernement néerlandais est sous pression depuis l'instauration le 23 janvier d'un couvre-feu, en vigueur chaque nuit entre 21H00 et 4H30, et qui a déclenché les pires émeutes qu'ont connues les Pays-Bas au cours des 40 dernières années.

Les autorités néerlandaises affirment que le nombre d'infections est en baisse, mais que jusqu'à deux tiers des nouveaux cas de Covid-19 dans le pays sont liés au dit variant britannique.

M. Rutte a déclaré que le couvre-feu doit toujours prendre fin le 10 février, mais qu'il a cependant demandé son avis au comité scientifique en charge de conseiller le gouvernement sur sa gestion de la crise sanitaire.