Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a décliné mercredi l'invitation du président du Parlement européen à participer à un débat sur l'état d'urgence instauré dans son pays à la faveur de la pandémie de Covid-19 et ses répercussions sur les droits et libertés fondamentales. "A l'heure actuelle, la lutte contre l'épidémie consomme toute mon énergie et ma force", a déclaré le Premier ministre en réponse au président de l'assemblée européenne, l'Italien David Sassoli, selon l'agence de presse hongroise MTI.

La question de l'état d'urgence instauré en Hongrie et de ses conséquences sur l'Etat de droit donnera lieu jeudi à un débat lors d'une session plénière du Parlement.

Selon la règle en vigueur pour de tels débats, "le niveau de participation est celui de chef d'Etat ou de gouvernement", avait indiqué David Sassoli dans une lettre à Viktor Orban, demandant au dirigeant de lui donner sa réponse. Budapest avait prévu d'être représenté par la ministre de la Justice Judit Varga.

Fin mars, le parlement hongrois a adopté une loi permettant au Premier ministre nationaliste de gouverner jusqu'à nouvel ordre par décret dans le cadre d'un état d'urgence voté pour combattre l'épidémie.

Ces quasi pleins pouvoirs ont suscité la "préoccupation" de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et la mise en garde de seize Etats membres de l'UE.