Le pape François a nommé mercredi Carmelo Barbagallo, un dirigeant de longue date de la Banque d'Italie, au poste de président de l'Autorité d'information financière (AIF) du Vatican, après le départ il y a dix jours de son prédécesseur.

Le Suisse René Brülhart était le président de l'AIF, l'autorité anti-blanchiment chargée de traquer les activités financières opaques au Vatican, depuis 2012 et lorsque son mandat a expiré, le pape a décidé de ne pas le renouveler.

Le départ de M. Brülhart est intervenu alors que le numéro 2 de l'AIF, l'Italien Tommaso Di Ruzza, fait l'objet d'une enquête liée au circuit d'achat opaque d'un immeuble de luxe londonien financé grâce aux dons à l'Eglise.

En pleine enquête, M. Brülhart avait fermement défendu son numéro deux, qui a été cependant "suspendu par précaution" de ses fonctions tout comme quatre personnes travaillant dans l'administration de la Secrétairerie d'Etat, coeur du pouvoir au Vatican.

Le pape a évoqué cette affaire lundi dans l'avion, à son retour d'un voyage en Thaïlande et au Japon, et tout en affirmant que "ce n'est pas bien que cela arrive au Vatican", il a mis en avant le fait que ce scandale a été "découvert de l'intérieur (...) grâce aux mécanismes internes".

M. Barbagallo, un Sicilien de 63 ans, est entré en 1980 dans la Banque d'Italie où il s'est pratiquement toujours occupé de contrôles financiers.

Entre janvier 2014 et juin 2019 il a été chef du département de contrôle bancaire et financier. Depuis lors, il était haut conseiller du directoire de la Banque d'Italie en matière de contrôle bancaire et financier.

"Je suis honoré d'avoir été nommé à ce poste dont je sens tout le poids moral et professionnel", a déclaré M. Barbagallo dans un communiqué, affirmant qu'il poursuivra la promotion "des valeurs fondamentales que sont la régularité et la transparence de tous les mouvements financiers impliquant le Saint-Siège".