Le pape François a convié vendredi des représentants des peuples indigènes d'Amazonie a symboliquement planter un arbre dans les jardins du Vatican, au cours d'une célébration de prière mêlée de rites et symboles religieux de la région amazonienne.

A deux jours de l'ouverture d'un synode consacré à l'Amazonie, le pape a participé à une longue cérémonie autour de la plantation d'un petit chêne vert provenant de la ville italienne d'Assise, jour de la fête de Saint François d'Assise qui a fondé l'ordre des franciscains.

Celui dont l'Argentin Jorge Bergoglio a adopté le nom au début de son pontificat est considéré comme le père de l'écologie moderne, avec son "Cantique des créatures", une célèbre prière qui loue toutes les créatures, dont le frère Soleil, la soeur Eau ou la mère Terre.

Le texte de cet ami des animaux et de la nature commence par "Laudato si" (loué sois-tu), titre choisi par le pape François pour son encyclique à tonalité écologique et sociale publié en 2015, année de la COP21.

La célébration de vendredi marquait aussi le 40ème anniversaire de la proclamation de saint François comme patron des écologistes (le 29 novembre) par le Pape Jean-Paul II.

© AFP

Vendredi, une vingtaine de représentants des peuples autochtones d'Amazonie, en vêtements colorés, certains portant des coiffes avec des plumes, ont dansé sur les pelouses des jardins du Vatican sous un soleil radieux, se prosternant parfois pour embrasser la terre. Ils se sont signés en offrant au pape François colliers et statues en bois.

Le synode qui s'ouvre dimanche par une messe, ouvrira ses débats lundi sur la base d'un document de travail de 80 pages, fruit de dix-huit mois de consultations notamment auprès des populations d'Amazonie.

Pour mieux dialoguer avec les autochtones d'Amazonie et les évangéliser, le document suggère que l'Eglise catholique intègre leur spiritualité, mythes, traditions et symboles. Il s'agit de "bâtir une Eglise missionnaire avec un visage local", en dépassant "des positions rigides qui ne tiennent pas suffisamment compte de la vie concrète des personnes", peut-on lire dans ce document de travail.

© AFP