"Obligation" n’est pas un gros mot quand il s’agit de vacciner contre la Covid-19 . Le titre du communiqué de presse rendu public hier par l’Académie française de Médecine est sans équivoque. Pour l'institution, "il sera très difficile d’obtenir avant la fin de l’été un taux de couverture vaccinale qui assurerait une immunité collective suffisante pour contrôler l’épidémie" .

Comme en Belgique, la France est en effet confrontée à des personnes contre la vaccination ou qui hésitent encore. Deux catégories "récalcitrantes" estimée à "15% pour chacune d’elles" par l'institution.

L'obligation vaccinale s'impose

C'est pourquoi, selon l'Académie de Médecine, l’obligation vaccinale doit maintenant être envisagée. "Elle s’impose dans tous les cas où une vaccination efficace permet d’éliminer une maladie répandue, sévère et souvent mortelle. Avec un taux d’efficacité de 90 à 95% contre les formes graves de la Covid-19, les vaccins actuellement homologués en France contre le SARS-CoV-2 remplissent les conditions qui permettent de recourir à l’obligation vaccinale face à une épidémie redoutable, en particulier socialement, que les mesures individuelles (gestes barrière) et collectives (couvre-feu, confinement) sont incapables de contrôler dans la durée" , plaide l'institution.

Pour permettre la mise en place de cette obligation vaccinale, l'Académie recommande que la vaccination soit rendue obligatoire en priorité auprès de certaines professions, comme les activités professionnelles considérées comme essentielles ou celles impliquant un contact avec le public.

En plus de la vaccination obligatoire, l'Académie de Médecine française recommande de mettre en oeuvre rapidement le "passe vaccinal". Celui-ci doit entrer en vigueur le 9 juin et sera nécessaire pour les grands rassemblements et pour voyager.

Et en Belgique ?

En Belgique, dans son avis du 11 décembre 2020 relatif aux repères éthiques en vue du déploiement de la vaccination anti-COVID-19, le Comité consultatif de Bioéthique de Belgique estimait que l'obligation vaccinale devait faire l'objet d'un débat. Et si certains experts semblent en faveur de cette mesure, la question ne semble pas à l'ordre du jour du côté des politiques, tant au niveau fédéral que régional.

Il est par contre prévu qu'un "Covid Safety Ticket"  soit mis en place du 13 août au 30 septembre sur le territoire belge. "Il pourra permettre aux gens de participer à des festivals, des événement de masse, dans une période limitée de quelques semaines/mois où la vaccination ne sera pas suffisamment avancée pour garantir le risque zéro", expliquait Sophie Wilmès récemment.