Depuis des siècles, les catholiques croient et espèrent que le chapelet les rapproche de "l’Essentiel". Grâce au Vatican, ils ont désormais la preuve qu’il les connecte au moins à leur smartphone.

Ce mardi à Rome, le Réseau mondial de prière du Pape a en effet lancé le premier chapelet connecté, proprement dénommé l’eRosary. Il s’agit d’un "dizainier" (un chapelet qui contient dix grains) qui peut être porté comme un bracelet, et qui s’active dès qu’il repère aux mouvements que celui qui le porte fait un signe de croix. Il se synchronise alors avec une application qui propose des contenus personnalisés et des intentions de prières. Plus encore, cet objet au coût de 99 euros (10 % des recettes seront reversées pour le développement du Réseau mondial de prière) concentre dans sa petite croix tout l’appareillage informatique nécessaire, et garde en mémoire l’état d’avancement de votre prière. Holy Father is watching you, diront les plus narquois.

Même si le Vatican réfléchit à la fabrication d’un chapelet connecté en plastique recyclé, on ne jurera pas que ce gadget entre totalement en conformité avec l’appel à la sobriété et à la déconnexion qu’est l’encyclique Laudato Si du Pape sur l’écologie. En présentant l’eRosary, le jésuite Frédéric Fornos a cependant rappelé que le chapelet "rappelle que la prière est au cœur de la mission de l’Église". Certes, la prière du chapelet qu’est le rosaire peut paraître mécanique, a-t-il conclu, mais, "simple et humble", elle aide "à approcher le cœur de celui de Jésus".