Les instituts de sondage donnent favori le parti Gerb du controversé Premier ministre, le créditant de 28 à 29% d'intentions de vote, soit environ 75 sièges au Parlement constitué de 240 élus.

"C'est l'absence d'autres options en raison d'une opposition morcelée et peu convaincante qui explique l'hégémonie politique de Gerb", invincible depuis 2009, analyse auprès de l'AFP le politologue Antony Todorov.

Refusant tout contact avec les médias depuis les manifestations, M. Borissov a mené sa campagne sur le réseau social Facebook où il retransmettait au quotidien ses visites surprise, au volant de son 4x4, aux quatre coins du pays, à la rencontre d'ouvriers et employeurs. Son slogan: "Travail, travail, travail!".

Samedi, il avait opté pour le silence: une photo le montrait en costume noir, seul dans un pré émaillé de fleurs, sous le message "Il est mieux parfois de se taire".

Contexte anxiogène 

Une apparente sérénité qui contraste avec l'ambiance tendue d'il y a quelques mois, quand des milliers de Bulgares réclamaient dans la rue sa démission, après une série de scandales.

Le dirigeant de 61 ans a joué la montre, refusant d'organiser des élections anticipées, et a profité de la déliquescence du mouvement sous l'effet de l'hiver et de la pandémie de Covid-19.

La victoire de son parti, si elle se confirme dans les urnes, pourrait toutefois être ternie par une faible participation dans un contexte anxiogène en pleine troisième vague de contaminations.

Seuls 40% des Bulgares pourraient se déplacer, selon le cabinet d'études Alpha Research.

Les socialistes sont attendus en seconde position (20-22%), mais divisés, ils devraient pâtir des réticences de leur électorat âgé à venir voter.

Achat de voix 

Les regards seront surtout tournés vers le vote protestataire, partagé entre trois nouvelles formations.

C'est un animateur de télévision, Slavi Trifonov, connu pour ses critiques virulentes du gouvernement, qui semble tirer son épingle du jeu (13%), même s'il n'a pas participé aux manifestations.

Parmi ceux qui avaient défilé, "Bulgarie démocratique" de la droite citadine, soutenu par les Bulgares de l'étranger, et "Debout! Mafia dehors" (gauche), proche du président Roumen Radev qui a appelé à un "renouveau", sont en passe d'entrer au Parlement (6% chacun).

Il faudra compter enfin avec le parti de la minorité turque MDL, habituel faiseur de rois (12%), et les nationalistes du VMRO, qui participaient au gouvernement sortant mais sont en perte de vitesse.

Les bureaux de vote ouvriront dès 7H00 du matin (4H00 GMT). Les premières estimations des sondages sortie des urnes sont attendues à la clôture du scrutin à 20H00 (17H00 GMT), mais les résultats officiels définitifs ne seront pas connus avant jeudi.

Le phénomène d'achat de voix par les partis, qui concerne d'ordinaire entre 5% et 19% des suffrages, pourrait s'amplifier, a prévenu en début de semaine semaine l'ONG Anticorruption Fund.

Car les électeurs soudoyés seront motivés, à la différence de ceux qui votent librement, susceptibles d'être dissuadés par la propagation du Covid-19.

Subsistent aussi les soupçons de fraude liés à la présence en double sur les listes électorales de Bulgares de l'étranger, pour le cas où ils viendraient voter au pays.