La Turquie doit cesser d’interférer dans la guerre du Haut-Karabakh, ramener au pays les quelque 2 500 mercenaires syriens qu’elle y a envoyés et mettre son influence au service d’une résolution pacifique du conflit : tel est le message sur lequel les partis de la majorité se sont entendus dans une résolution qui a été adoptée mercredi par la Commission des relations extérieures du parlement belge.

Une résolution nettement plus musclée que la précédente, rédigée durant l’offensive de l’armée azerbaïdjanaise, mais en retrait de celle qui a été adoptée par le Sénat français, le 25 novembre 2011. Les sénateurs français avaient demandé à la quasi-unanimité la reconnaissance internationale du Haut Karabakh.

Pas de trace de reconnaissance, c’est, selon le coauteur de la résolution, Michel De Maegd (MR) “la ligne rouge” qui a été imposée par le gouvernement et le ministère des Affaires étrangères, tenu par Sophie Wilmès (MR). “ Il faut laisser faire le Groupe de Minsk”, ajoute-t-il.

La résolution demande instamment à l’UE de soutenir ce groupe codirigé par la Russie, les États-Unis et la France pour passer à la phase cruciale, qui est le statut final de l’enclave arménienne en Azerbaïdjan. Le cessez-le-feu du 9 novembre ne dit rien en effet sur ce statut final. Le texte condamne “le rôle unilatéral” que la Turquie veut jouer en dépêchant sur place des soldats, aux côtés de l’armée azerbaïdjanaise et des quelque 2 000 soldats russes dépêchés au Karabakh.

Les députés demandent aussi au gouvernement de condamner les crimes de guerre, “notamment l’exécution sommaire de civils et de prisonniers ainsi que des traitements dégradants sur les corps de soldats tués”. Des images vidéo, tournées par des soldats azéris, montrent en effet que des corps ont été décapités et que des maisons et cimetières ont été saccagés. La Belgique devrait mettre tout en œuvre “ pour que les criminels de guerre soient poursuivis dans le cadre de la justice internationale”.

La résolution était cosignée par André Flahaut (PS), Samuel Cogolati (Ecolo-Groen), Els Van Hoof (CD&V), Goedele Liekens (Open Vld), Vicky Reynaert (sp.a) et Wouter De Vriendt (Ecolo-Groen). Elle a été votée à seize voix pour, zéro contre et une abstention, celle du PTB. Elle doit passer en séance plénière d’ici deux semaines.