Depuis plusieurs jours, un macabre cortège quitte régulièrement le cimetière de Bergame : des camions militaires transportent vers d'autres communes les cercueils des victimes du virus, trop nombreuses pour le crématorium de la ville.

Ce jeudi matin, un convoi de poids lourds aux bâches de camouflage a transporté cinq cercueils à Gemona, dans la région voisine du Frioul-Vénétie Julienne, proche de la Lombardie, a constaté un photographe de l'AFP.

"Le grand nombre de victimes de ces semaines a empêché le crématorium de Bergame de pouvoir répondre seul aux besoins et pour cette raison la commune a impliqué d'autres villes pour mener à bien ces opérations", a indiqué dans un communiqué la mairie de la cité lombarde, que les Italiens qualifie désormais de martyre de la pandémie.


La veille, ce sont "113 urnes funéraires qui étaient revenues de Bologne, Modène, Ferrare et Copparo, en Emilie-Romagne", précise la commune.

Un hommage leur a été rendu par le maire de Bergame, Giorgio Gori, ainsi que par l'évêque du diocèse Francesco Beschi, dans l'église du cimetière.

Des images poignantes d'une cinquantaine de cercueils alignés dans l'église Saint-Joseph de Bergame, aussi eux destinés à la crémation, ont aussi été largement diffusées dans les médias italiens mercredi, jour où 59 décès ont été enregistrés dans le registre municipal de l'état civil.

"Les employés du cimetière et les employés municipaux ont à présent acquis une méthode de travail qui leur permet de faire face de la manière la plus digne possible, car les familles des citoyens nous quittent n'ont même pas un moment pour se rassembler et leur dire au revoir", explique l'adjoint aux Affaires funéraires, Giacomo Angeloni.

Bergame, déserte depuis des semaines en raison du confinement, n'est aujourd'hui animée que par le seul mouvement des familles de victimes devant le cimetière, raconte l'élu.

"Nous avons vu la demande de crémations augmenter de jour en jour et la seule façon de gérer cette situation, qui permet aussi de réduire les dépenses pour les proches, était de transférer les corps ailleurs", précise-t-il.