Ces armes, des missiles AIM-26A Super Falcon à tête nucléaire, étaient entreposés sur la base-même, dans des bunkers souterrains, dans un dépôt entouré d'une double clôture, ajoute le quotidien.

Selon le chercheur, Cees Wiebes, cité par 'De Volkskrant', le gouvernement néerlandais avait donné son accord aux Etats-Unis pour le déploiement de ces armes à des fins purement américaines - et donc dans un cadre différent de celui des bombes atomiques à gravité B61 présumées présentes sur la base de Volkel (sud), qui s'inscrivent dans la politique nucléaire de l'Otan, avec un système de "double clé".

© Shutterstock

Le journal rappelle qu'il existait des "indications concrètes" que les Etats-Unis avaient doté leurs intercepteurs F-102 Delta Dagger à Soesterberg de missiles dotés d'une tête nucléaire.

Ces avions de chasse ont équipé de 1960 à 1969 une unité de chasse, la 32ème escadrille, présente aux Pays-Bas dans le cadre de la défense aérienne de l'Otan. Ces appareils étaient communément armés de missiles AIM-26A Super Falcon à tête nucléaire. L'unité a été dissoute en 1994, peu après la chute du Mur de Berlin.

Les ministères néerlandais de la Défense et des Affaires étrangères ont refusé de confirmer la présence de telles armes à Soesterberg, en invoquant le caractère secret des accords conclus au sein de l'Otan.