Europe Des ossuaires doivent être ouverts ce samedi à la recherche du corps d’une adolescente disparue en 1983.

La salle de presse du Saint-Siège est un microcosme journalistique où les réflexions alimentent quotidiennement une actualité qui tourne principalement autour de la personne du Pape et de la curie romaine. Mais depuis plus d’une semaine, les "vaticanistes", ces journalistes accrédités auprès du Vatican, ne parlent que d’une chose, le cas d’Emanuela Orlandi, cette adolescente, fille d’un employé du Vatican, disparue en 1983 à l’âge de quinze ans et les recherches effectuées dans le Campo Santo.

(...)