À Londres, des antiracistes et des contre-manifestants liés à l'extrême droite se sont affrontés dans la rue. Une photo de l'agence Reuters fait le tour de la toile.

Des affrontements ont éclaté samedi après-midi dans le centre de Londres entre la police et des manifestants liés à l'extrême droite affirmant vouloir "protéger" des monuments d'actes de vandalisme de la part de militants anti-racisme. Une centaine de personnes ont été interpellées lors de ces échauffourées, ont indiqué les services de police de Scotland Yard à la BBC. Six agents ont en outre été blessés. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a condamné fermement cette violence sur le réseau social Twitter.


Des milliers de manifestants, parmi lesquels des militants d'extrême droite, ont défié les interdictions de rassemblement liées à la pandémie de nouveau coronavirus pour se retrouver près du Parlement où la statue de l'ex-Premier ministre Winston Churchill avait été dégradée en marge de manifestations contre le racisme le week-end dernier. Des bouteilles d'eau et des canettes ont été jetées contre les forces de l'ordre tandis que certains manifestants ont scandé "Angleterre".

Bien que le mouvement Black Lives Matter ait annulé une manifestation prévue samedi après-midi dans le centre de la capitale, plusieurs centaines de militants anti-racistes se sont rassemblées à Hyde Park avant de se diriger vers le centre ville. La police britannique les a priés de se disperser à 18h00 pour éviter les risques d'affrontements avec des militants d'extrême droite.

Après les événements, une photo de l'agence Reuters a rapidement circulé sur les réseaux sociaux. Elle montre un militant antiraciste portant sur son épaule un militant d’extrême droite blessé. Un photographe de l'Agence France Presse a photographié la même scène sous un autre angle. L'AFP précise dans sa légende que l'homme soulevé est "conduit aux lignes de police après avoir été battu lors d'affrontements entre des manifestants soutenant le mouvement Black Lives Matter et des contre-manifestants le 13 juin 2020."


© AFP