La Turquie et la Grèce ont repris lundi à Istanbul des discussions pour régler leur différend concernant l'exploration d'hydrocarbures en Méditerranée orientale, après une grave crise illustrant l'abysse qui sépare ces deux pays membres de l'Otan.

Une délégation de diplomates grecs était reçue en fin de matinée par le numéro deux du ministère turc des Affaires étrangères, Sedat Onal, au palais de Dolmabahçe. Ces pourparlers sur la Méditerranée orientale avaient été interrompus en 2016 dans un contexte de tensions croissantes.

La multiplication des missions d'exploration gazières turques dans des eaux grecques ces derniers mois a plongé Ankara et Athènes dans une crise diplomatique d'une ampleur inédite depuis 1996, année où les deux pays ont frôlé la guerre.

Ces discussions s'inscrivent dans le cadre plus large d'une offensive de charme du président Recep Tayyip Erdogan. Celui-ci veut apaiser ses relations tendues avec l'Union européenne laquelle, excédée, a commencé le mois dernier à sanctionner Ankara.

Si Athènes a fait part ces derniers jours de son "optimisme et espoir", et Ankara salué l'"atmosphère positive", aucune avancée majeure n'est attendue lors de ces pourparlers.

En effet, les deux pays n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur la liste des sujets à aborder, signe que les discussions au bord du Bosphore risquent de tourner au dialogue de sourds.

Athènes souhaite discuter uniquement de la délimitation du plateau continental de ses îles en mer Egée. Ankara veut élargir les pourparlers à la définition des zones exclusives économiques et de l'espace aérien des deux pays.

Par ailleurs, le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, a dénoncé vendredi les "provocations" d'Athènes qui a évoqué le doublement de l'étendue de ses eaux territoriales en mer Egée, un sujet explosif qu'Ankara qualifie de "casus belli".

"Désescalade" 

Son homologue grec Nikos Dendias a pour sa part relativisé samedi l'importance de ces contacts, insistant sur le fait qu'il ne s'agissait "pas de négociations" officielles, mais de discussions "informelles".

"Nous espérons que ces discussions vont mener à une désescalade", a-t-il néanmoins ajouté.

En dépit de ces désaccords, l'UE a favorablement accueilli la reprise du dialogue entre les deux pays, y voyant un "signal positif" pour les relations entre Ankara et Bruxelles après des mois de tensions.

En décembre, les dirigeants de l'UE, réunis en sommet à Bruxelles, avaient décidé de punir les actions "illégales et agressives" de la Turquie en Méditerranée contre la Grèce et Chypre.

Le sommet de l'UE a adopté des sanctions individuelles censées viser des responsables impliqués dans les activités d'exploration menées par la Turquie en Méditerranée orientale.

L'exploration gazière de la Turquie dans des zones maritimes disputées avec la Grèce et Chypre empoisonne ses relations avec ses voisins méditerranéens depuis des mois.

La crise entre Athènes et Ankara s'est intensifiée avec le déploiement en août par la Turquie du navire de recherches sismiques Oruç Reis dans des zones disputées, notamment près de l'île grecque de Kastellorizo proche du rivage turc.

La Grèce, qui doit conclure lundi l'achat de 18 avions de combat Rafale à la France pour renforcer sa défense face aux tensions accrues avec la Turquie, a accusé Ankara de violations de ses frontières maritimes.

La Turquie, elle, estime que la présence de cet îlot ne saurait justifier son exclusion d'un large pan de la Méditerranée orientale riche en gisements gaziers.

Toutefois, dans un apparent geste d'apaisement, Ankara a annoncé fin novembre le retour au port de l'Oruç Reis.

Pour nombre d'analystes, la Turquie s'efforce d'apaiser les tensions avec l'Europe en raison de ses difficultés économiques, aggravées par la pandémie de nouveau coronavirus, et à cause de l'élection aux Etats-Unis du président Joe Biden.

Ankara s'attend en effet à un durcissement de Washington à son égard, alors que M. Erdogan avait développé avec Donald Trump une bonne relation personnelle.