"Je ne peux vous cacher l'émotion qui m'étreint ainsi que celle de tous mes amis", a déclaré Jean-Luc Mélenchon dans une intervention en direct vidéo lundi après-midi.

Drapeau tricolore en arrière plan, le leader insoumis a adopté un ton particulièrement grave et ému pour dénoncer ces images illustrant "un appel au meurtre" alors qu'il est également pris dans une polémique depuis dimanche après avoir lié terrorisme et élection présidentielle.

"Nous avons signalé à Youtube ces images et je m'étonne qu'elles continuent à circuler", a-t-il souligné, précisant qu'il avait également signalé cette vidéo à la plateforme policière Pharos qui lutte contre les contenus haineux en ligne. Celle-ci "n'a pour l'instant pas réagi", a taclé M. Mélenchon.

Dans la vidéo postée dimanche, le vidéaste "Papacito" déclare: "il y a 6% de gens qui votent pour le parti de Jean-Luc Mélenchon dans ce pays, peut-être qu'ils seront démunis s'il se passe quelque chose de pas prévu dans les années prochaines".

"Qu'est-ce qu'on peut faire pour ces gens-là?", ironise le youtubeur affublé d'un treillis militaire.

"Papacito" dit ensuite entreprendre de "voir si le matériel du mec qui vote Mélenchon lui permet de résister à une attaque terroriste potentielle sur le territoire", avant de tirer, accompagné d'un ami, avec des armes à feu, sur le mannequin représentant l'électeur LFI, ensuite lardé de coups de couteau.

"Alors bien sûr le but de cette vidéo n'est pas de vous engager à produire de la violence, elle est purement expérimentale", précise Papacito.

Des extraits de cette séquence ont été abondamment relayés et dénoncés sur les réseaux sociaux par les Insoumis, lundi midi, avant un communiqué puis l'intervention de Jean-Luc Mélenchon.

Plainte collective

Le chef de file des Insoumis a annoncé diffuser un appel à signature en ligne pour une plainte collective.

"Une ambiance morbide et violente est entretenue contre les Insoumis et contre moi nommément", écrit le président des députés LFI.

"J'appelle les organisateurs de campagnes flétrissantes - militants politiques et médias - à mesurer leurs responsabilités dans ce contexte", ajoute Jean-Luc Mélenchon, faisant référence à l'indignation chez de nombreux responsables politiques suscitée par ses propos de dimanche faisant un lien entre terrorisme et élections.

La vidéo de "Papacito" a été postée après l'émission "Questions politiques" (France info/Inter/Le Monde) dans laquelle Jean-Luc Mélenchon a tenu ces propos, mais sa longueur suggère un tournage et un montage qui la précédait.

Elle a été vue 108.000 fois lundi midi, et le compte Youtube de "Papacito" dépasse les 100.000 abonnés.