"Je vais aussi prochainement rencontrer" Mme Tikhanovskaïa, a-t-elle déclaré devant les députés du Bundestag, soulignant "admirer" "le courage" des femmes qui manifestent régulièrement contre le président Alexandre Loukachenko après son élection controversée le mois dernier.

La chancelière allemande a appelé M. Loukachenko, dont l'élection n'est reconnue ni par l'UE, ni par le Canada ni par les Etats-Unis mais est soutenue par Moscou, à "entamer un dialogue avec la population", et ce "sans ingérence de l'Est ou de l'Ouest".

En visite en Lituanie, le président français Emmanuel Macron a lui réclamé mardi une médiation internationale pour organiser une nouvelle présidentielle, contrôlée par la communauté internationale, après celle d'août jugée frauduleuse par l'opposition bélarusse et les pays occidentaux.

"Nous ferons de notre mieux en tant qu'Européens pour aider à la médiation" que "mènera fermement l'OSCE" (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), a-t-il dit.

Il a rappelé que l'Union européenne préparait aussi des mesures punitives à l'encontre du régime en place au Bélarus, après l'annonce de sanctions de la part du Royaume-Uni et du Canada.