Actuellement visé par une plainte à l'Ordre des médecins, le controversé professeur Raoult a pu compter sur un soutien inédit : l'ex-président français Nicolas Sarkozy. Ce dernier l'a défendu vendredi à Marseille - la ville où exerce le médecin - lors du forum des entrepreneurs.

"Pour moi, l'adversaire, c'est le Covid ; ce n'est pas tel ou tel médecin. Et je pense notamment au professeur Raoult", a déclaré l'ex-chef d'Etat devant son auditoire. Des propos qui ont aussitôt récolté quelques applaudissements. "Je ne comprends pas pourquoi il y a tant de violence à son endroit. C'est un homme d'une grande qualité, qui a fait son possible pour soigner au mieux ses patients. Il a sans doute fait des erreurs. On en fait tous, moi le premier. Mais j'observe qu'en période de crise, il y a les pseudo-spécialistes qui se précipitent et qui disent du mal de quelqu'un. (...) Lors de chaque crise, il faut trouver des boucs émissaires, c'est une maladie française. (...) J'ai trouvé cela déplacé."

Depuis le début de la crise du Covid, Didier Raoult, spécialiste des maladies infectieuses, est sous le feu des critiques pour avoir vanté l'utilisation de l'hydroxychloroquine comme traitement. Il lui est toutefois reproché de l'avoir fait "sans preuve scientifique" et "contre les recommandations des autorités de la santé".

Si Nicolas Sarkozy a volontiers reconnu "ne pas avoir les compétences pour juger qui a tort ou raison", il a embrayé en disant que ce n'était pas le sujet. "Chacun a fait comme il a pu, lui le premier", a-t-il conclu.