Le Premier ministre britannique Boris Johnson a indiqué dans son discours de Nouvel An qu'un nouveau chapitre s'ouvrait pour le Royaume-Uni après de fortes divergences autour du Brexit. Le pays sortira le 31 janvier de l'Union européenne et pourra alors suivre son propre cours, a estimé M. Johnson. En disant au revoir à 2019, tournons aussi la page de la "division, de la rancœur et de l'incertitude", a-t-il ajouté. Cela permettra de rétablir la confiance des gens et des entreprises et de voir affluer les investissements, selon lui.

Tout le monde ne partage cependant pas l'optimisme du chef de gouvernement britannique. Le commissaire européen au Commerce, Phil Hogan, a ainsi averti d'un risque d'échec des prochaines négociations sur un accord entre Bruxelles et Londres. Un Brexit sans accord d'ici fin 2020 va aggraver les plaies et risque de diviser familles, communautés et régions, a indiqué le commissaire irlandais au quotidien The Irish Times.

Les deux camps doivent négocier d'ici la fin de l'année un accord sur leurs relations futures. Boris Johnson a refusé de prolonger cette période de deux ans, ce que M. Hogan juge incroyable.