"Vers 16 heures, des riverains et une patrouille de la police municipale entendaient deux détonations aux abords de l'église hellénique orthodoxe située dans le 7ème arrondissement de Lyon", a communiqué le parquet de Lyon en début de soirée.

Sur place, "ils apercevaient un individu qui prenait la fuite et découvraient au niveau de la porte arrière de l'église un homme blessé par balles qui s'avérait être l'archiprêtre du lieu de culte", a poursuivi le parquet.

Etant donnée la proximité temporelle avec l'attentat de Nice où trois personnes ont été tuées jeudi au couteau dans la basilique par un jeune Tunisien islamiste, le parquet a précisé qu'une enquête pour "assassinat" était ouverte. A ce stade "aucune hypothèse n'est écartée, ni privilégiée", a-t-il ajouté.

Le parquet de Lyon "reste en contact étroit avec le Parquet national anti-terroriste" qui n'est pas saisi pour le moment.

"Une personne pouvant correspondre au signalement donné par les premiers témoins a été placée en garde à vue", a indiqué le magistrat, précisant toutefois que le suspect n'était pas porteur d'une arme au moment de son interpellation". "Les vérifications se poursuivent sur son éventuelle implication", a-t-il ajouté dans un court communiqué.

Les enquêteurs essayent encore de déterminer les motivations de l'auteur. Ils explorent aussi le passé de la victime que certaines sources qualifient de "sulfureux".

Le secteur bouclé par les forces de l'ordre


Le Ministère de l'Intérieur a indiqué sur Twitter qu'un événement était en cours à proximité du secteur Jean-Macé, dans le 7ème arrondissement à Lyon. "Les forces de sécurité et de secours sont sur place. Un périmètre de sécurité a été installé", précise le tweet.

Les autorités demandent d'éviter le secteur. Le quartier a été bouclé et des militaires sont arrivés sur place.

En visite à Rouen afin de juger de l'efficacité des mesures de sécurité renforcées dans le cadre du plan Vigipirate, Jean Castex s'est exprimé sur les faits qui se sont déroulés ce samedi à Lyon. "Des événements graves viennent de se produire à Lyon", a-t-il déclaré. Le Premier ministre a indiqué se rendre immédiatement à Paris pour rejoindre la cellule de crise.

Plan "d'urgence attentat"

Cette attaque survient dans un contexte tendu en France, quelques jours à peine après l'attaque au couteau qui a fait 3 morts et plusieurs blessés à Nice. Le niveau du plan Vigipirate avait été relevé à son niveau maximal, "d'urgence attentat".

Dans une interview à la chaîne Al-Jazeera devant être diffusée samedi, Emmanuel Macron a assuré comprendre que des musulmans puissent être "choqués" par les caricatures de Mahomet mais qu'elles ne justifient pas la violence.