C'est sur cette vaste propriété de 15 Ha, isolée au milieu d'un bois à quelques km de la frontière belge, sur la commune de Donchery, que les corps de deux jeunes victimes du "Monstre des Ardennes" avaient déjà été retrouvés en 2004.

Selon plusieurs sources proches du dossier, ces nouvelles fouilles doivent débuter lundi matin et pourraient durer plusieurs jours.

En juin, les enquêteurs qui tentent de faire la lumière sur la disparition de la fillette de 9 ans avaient déjà exploré les lieux, sans résultat.

En octobre, la juge d'instruction parisienne Sabine Kheris, qui a repris les investigations en 2019, avait fait d'abord amener Michel Fourniret, mis en examen dans cette affaire pour "enlèvement et séquestration suivis de mort", à Guermantes (Seine-et-Marne), où s'était volatilisée la petite fille le 9 janvier 2003 alors qu'elle rentrait de l'école, puis dans les Ardennes.

La magistrate avait pour espoir de "déclencher des souvenirs" chez le septuagénaire à la mémoire chancelante, qui avait fini par avouer en mars sa responsabilité dans cette affaire. Deux mois plus tôt, son ex-épouse, Monique Olivier, mise en examen de son côté pour "complicité", l'avait accusé d'avoir violé et tué l'enfant.

Pendant cinq jours, le convoi le transportant avec son ex-femme s'était ainsi rendu dans une maison de Ville-sur-Lumes, où cette dernière affirme qu'Estelle Mouzin a été séquestrée, violée et tuée, dans un cimetière de Charleville-Mézières, sur un terrain à Floing puis au château du Sautou.

Ce déplacement sous haute sécurité n'a toutefois pas permis de retrouver le corps. Mais Corinne Hermann, une avocate de la famille d'Estelle Mouzin, avait alors salué de "sérieuses avancées", soulignant que la famille attendait "de pouvoir inhumer le corps d'Estelle".

Selon Richard Delgenes, avocat de Monique Olivier, Michel Fourniret aurait indiqué certains lieux dans le parc du château à explorer. Le tueur en série connait bien les lieux: le couple y a vécu de 1989 à 1991, et il a continué d'y retourner régulièrement jusqu'à son arrestation en 2003.

Fourniret avait acquis le manoir avec l'argent du magot du "gang des postiches", après avoir déterré un trésor sur les indications d'un ancien co-détenu et assassiné la femme de ce dernier. Un épisode rocambolesque qui a marqué un tournant dans son parcours meurtrier.