Alors qu’un couvre-feu est en vigueur en France, plus de 250 personnes brandissant des drapeaux turcs ont appelé à la violence envers les arméniens. Dans plusieurs vidéos relayées sur les réseaux sociaux, on peut les entendre crier “Vous êtes où les Arméniens?!”, “On va tuer les Arméniens” ou encore “Allah Akbar”.

Les forces de l’ordre ont annoncé dans la soirée avoir verbalisé 65 personnes et avoir relevé l’identité des militants turcs violents. Grâce à leur intervention, le calme a pu revenir.

Face à ces “agressions racistes”, la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) a annoncé saisir la justice. "Ces mouvements doivent être dissous", a-t-elle insisté. La Maire de Décines s’est exprimée ce matin sur Twitter, dénonçant les événements de la soirée : “Ce qui s’est passé hier soir est inadmissible ! Nous avons rapidement pris hier des mesures avec la police pour éviter des violences physiques. Tout mon soutien à la communauté arménienne”.

Ce mercredi matin déjà, un péage de l’autoroute A7 avait été bloqué par des affrontements opposant des membres de la communauté arménienne et des partisans du président turc. La situation avait rapidement dégénéré et la police avait dû être appelée pour rétablir l’ordre. Les affrontements avaient fait quatre blessés et l’un d’entre eux avait dû être transporté à l'hôpital.


Les loups gris, bien connus de la Belgique

L'organisation des Loups-Gris, ultranationaliste et néo-fasciste, n'est pas inconnue en Belgique. Créée fin des années 60 par un colonel turc, elle est connue pour ses actions très violentes contre les mouvements communistes et d'extrême gauche, dans le courant des années 70. 

Début 2020, c'est au PS bruxellois que les Loups Gris créent des problèmes. Emir Kir, le bourgmestre de Saint-Josse avait reçu une délégation de maires trucs, y compris deux membres du MHP, le parti nationaliste lié au groupuscule des Loups Gris. Suite à cette affaire et à une plainte introduite par un militant pour "rupture du cordon sanitaire", le bourgmestre a été exclu du parti socialiste.