La commissaire européenne à la Santé Stella Kyriakides a jugé lundi "inacceptables" les retards de livraison des vaccins AstraZeneca, et proposé un "mécanisme de transparence" sur les exportations hors UE des vaccins produits sur son territoire.

Le groupe britannique a prévenu vendredi que les livraisons du vaccin AstraZeneca/Oxford en Europe seraient moins importantes que prévu au premier trimestre en raison d'une "baisse de rendement" sur un site de fabrication européen. Le feu vert réglementaire européen à ce vaccin est attendu pour vendredi.

"Ce nouveau calendrier n'est pas acceptable pour l'Union européenne", a estimé Mme Kyriakides dans une déclaration vidéo diffusée en ligne.

La commissaire a écrit le week-end dernier à AstraZeneca pour lui poser des questions "importantes et graves" sur ce retard, qui survient après celui des livraisons du vaccin Pfizer-BioNTech.

"L'UE a préfinancé le développement rapide du vaccin et la production, et veut un retour" sur cet investissement, a ajouté la responsable. Bruxelles veut savoir "exactement quelles doses ont été produites par AstraZeneca, où exactement, si elles ont été livrées et à qui".

La Commission européenne a réservé jusqu'à 400 millions de doses de ce vaccin, déjà utilisé au Royaume-Uni.

Des réponses insatisfaisantes

"Les réponses de l'entreprise n'ont pas été satisfaisantes jusqu'à présent", a déploré Mme Kyriakides, annonçant une nouvelle réunion lundi soir entre des représentants des 27 et de la Commission avec AstraZeneca.

"L'UE veut que les doses commandées et préfinancées soient livrées dès que possible", et que "notre contrat soit totalement honoré", a-t-elle ajouté.

La Commission a proposé aux Etats membres la mise en place "dès que possible" d'un mécanisme sur la transparence des exportations hors UE des vaccins qui y sont produits.

L'UE a "soutenu le développement et la production de plusieurs vaccins contre le Covid-19 à hauteur de 2,7 milliards d'euros au total", a-t-elle précisé.

"A l'avenir, toutes les entreprises qui produisent des vaccins contre le Covid-19 dans l'UE devront" avertir les autorités européennes "quand elles veulent exporter des vaccins vers des pays tiers", a poursuivi la commissaire, précisant que les "livraisons à caractère humanitaire" n'étaient pas concernées.

L'UE "prendra toute mesure requise pour protéger ses citoyens et ses droits", a-t-elle prévenu.erritoire.