La police néerlandaise a procédé a une centaine d'interpellations parmi des manifestants qui ne s'étaient toujours pas dispersés vers 17h00 au Malieveld, à La Haye, comme la police en avait donné l'ordre.

Une manifestation contre les mesures prises par le gouvernement néerlandais pour freiner la propagation du coronavirus a rassemblé dimanche plusieurs milliers de personnes à La Haye, selon la chaîne publique NOS.

Au départ autorisé jusque 13h30, ce rassemblement qui dénonçait les mesures prises par le gouvernement pour endiguer l'épidémie de coronavirus a attiré plusieurs milliers de personnes, rendant la distanciation sociale impossible. Devant l'ampleur de l'événement, le bourgmestre a retiré son autorisation.

Les manifestants, banderoles et prospectus à la main, se sont rendus au Malieveld pour y mener un sit-in. La police de la ville a indiqué sur Twitter s'être adressée à plusieurs reprises aux protestataires, les avoir avertis des risques et leur avoir demandé de quitter les lieux, sans succès.

"Sur ordre du bourgmestre, la police procède à présent à des arrestations", selon les forces de l'ordre.


Les manifestants ont commencé à se disperser un peu avant 15h00. La police avait sorti un canon à eau.

Les organisateurs de la manifestation ont invité les participants à se réunir à nouveau dimanche prochain sur la Museumplein d'Amsterdam.

Dans un incident séparé, la police haguenaise a également dû intervenir à la gare Centrale, où elle a refoulé un groupe de supporters de football. Cinq personnes ont été arrêtées pour des jets de pierre, a indiqué la police. Selon le média néerlandais Algemeen Dagblad, ces troubles font suite à un rassemblement de hooligans, venus de tous les Pays-Bas pour s'affronter. Les autorités de la ville n'ont cependant pas confirmé cette information.

Le centre-ville et ses boutiques avaient été fermés par la police en prévision.

Samedi, une autre manifestation s'est tenue au Malieveld, cette fois en soutien au mouvement Black Lives Matter, et avait rassemblé un nombre limité de personnes, comme annoncé, a précisé NOS.