Le Parlement européen ne fera "aucune concession" sur la conditionnalité des financements de l'UE au respect de l'Etat de droit à la Hongrie et la Pologne, qui ont mis leur veto au plan de relance, ont annoncé mercredi son président David Sassoli et les chefs des groupes politiques.

"Aucune autre concession ne sera faite de notre côté", ont-ils affirmé dans une déclaration. "Les dirigeants du Parlement européen regrettent profondément ce blocage et réaffirment que les accords conclus (tant sur le budget pluriannuel que sur l'État de droit) (...) ne peuvent en aucun cas être rouverts".