Depuis le début de la campagne de vaccination européenne fin décembre, au moins 1,1 million de personnes, soit environ 0,2% de la population de l'Union, ont reçu une dose du vaccin de l'alliance américano-allemande Pfizer-BioNTech, le seul actuellement administré dans l'UE.

Un deuxième vaccin, celui de l'Américain Moderna, a été autorisé par Bruxelles ce mercredi.

En comparaison, les Etats-Unis ont administré des doses à plus de 5,31 millions de personnes (1,6% de leur population), la Chine à plus de 4,5 millions de personnes (0,3%, au 31 décembre), Israël à 1,49 millions de personnes (17,2%) et le Royaume-Uni à plus de 1,3 million de personnes (1,9%). Tous ces pays ont démarré leur campagne avant l'Union européenne.

Dans l'UE, c'est l'Allemagne qui a réalisé le plus d'injections (367.331), devant l'Italie (272.307), la Pologne (140.226), l'Espagne (139.339) et le Danemark (63.312), selon les dernières données disponibles.

Mais en proportion de sa population, c'est le Danemark qui a vacciné le plus au sein de l'UE: 1,1% de la population danoise a reçu une dose, loin devant l'Italie (0,45%), l'Allemagne (0,44%) et la Slovénie (0,43%).

Ces taux sont très éloignés de ceux affichés par Israël (17,2%) ou les Emirats arabes unis (8,4%), champions en la matière, qui ont respectivement commencé à vacciner le 19 et le 14 décembre.

De leur côté, la quasi-totalité des pays membres de l'Union ont démarré leur campagne entre le 26 et le 29 décembre, à l'exception des Pays-Bas, qui n'ont commencé que ce mercredi.

Outre les Pays-Bas, d'autres pays sont en retrait. C'est notamment le cas de la France (plus de 7.000 doses), de l'Autriche (8.360), de la Bulgarie (5.448) et de l'Irlande (4.000), qui ont vacciné moins de 0,1% de leurs populations respectives.