À l'instar d'autres pays européens, la Suisse fait face à un véritable rebond de l'épidémie de coronavirus sur son territoire ces derniers jours. Le pays déplore environ une centaine de décès chaque jour.

Comme en Belgique, l'évolution défavorable des indicateurs-clés de la pandémie a donc poussé les autorités suisses à se réunir ce vendredi, afin de faire le point sur la situation et d'envisager de nouvelles mesures à la veille des vacances de fin d'année. Sur la table de ce Conseil fédéral figurait notamment une potentielle fermeture des stations de ski.

La Suisse est en effet un des seuls états européens à avoir autorisé le ski sur son territoire. A l'inverse de la France, de l'Italie ou de l'Espagne, les remontées mécaniques sont ouvertes depuis le 3 décembre dans les différentes stations du pays, et seule la capacité de ces remontées a été abaissée. Depuis leur ouverture, les pistes suisses attirent énormément de monde, comme en ont récemment témoigné les images d'une station de ski de Verbier bondée, suscitant de vives critiques sur la scène internationale.

Depuis quelques jours, les appels se multipliaient de la part des experts locaux pour durcir les règles actuellement en vigueur. Le Directeur de l’hôpital universitaire de Zurich, Gregor Zünd, avait notamment rédigé une tribune dans le SonntagsZeitung, dans laquelle il réclamait la fermeture pure et simple des stations.

Pas de fermeture

Finalement, la mise en garde des experts ne semble pas avoir été entendue: le Conseil fédéral suisse a décidé de maintenir les domaines skiables ouverts et n'a pas pris de mesures supplémentaires. Néanmoins, cette ouverture est conditionnée par une situation épidémiologique favorable: les capacités hospitalières doivent être suffisantes, et les centres de test et de tracing doivent également ne pas être saturés. Si ces conditions ne sont pas remplies, les stations de ski pourraient être contraintes de fermer.

Par ailleurs, à l'issue de cette réunion, les autorités suisses ont décidé de fermer les restaurants et d'imposer de nouvelles restrictions dans les commerces. Ces mesures, d'application sur l'ensemble du territoire, devront également être respectées dans les domaines skiables.

En outre, le choix est laissé libre aux différents cantons d'ouvrir ou non les remontées mécaniques. Mais le conseiller fédéral Alain Bierset met en garde: "Réfléchissez bien. Les hôpitaux sont pleins et mettre beaucoup de monde sur les pistes de ski peut faire courir le risque de voir de manière assez évidente augmenter les accidents. Il faut être très prudent. C'est une responsabilité très importante pour les cantons".

A noter que les cantons les moins touchés par l'épidémie, comme les cantons romands, peuvent actuellement ignorer les nouvelles mesures prises par le Conseil fédéral, et ce, tant que la situation épidémiologique le leur permet.

A la veille des vacances de Noël, les gérants de domaines skiables et les acteurs du tourisme suisses peuvent donc souffler et préparer en toute tranquilitté l'arrivée des skieurs.