"Démarrez!", a lancé le président russe par vidéoconférence, invité par le patron de Gazprom Alexeï Miller à donner l'ordre de démarrer la première ligne de production de l'usine Amur Gas Processing Plant (GPP), présentée comme une des plus importantes usines de traitement de gaz du monde.

"Le coût du projet représente plus de 1.000 milliards de roubles" (11,4 milliards d'euros au taux actuel), a indiqué M. Poutine, précisant que l'usine était d'une surface de 900 hectares et que la dernière étape de la mise en service aurait lieu en 2024-2025.

Cette usine est un maillon du gazoduc Power of Siberia, qui va la fournir en gaz. A terme, 42 milliards de mètres cube de gaz doivent être traités par an et transformés en hélium, éthane, propane, butane entre autres.

Ces produits seront livrés à la Chine mais également à une usine du groupe de pétrochimie Sibur, en construction à proximité, qui transformera ces gaz en polymères, granules utilisées pour fabriquer des produits en plastique, également à destination du voisin chinois.

Le président a ajouté qu'au total 35.000 personnes avaient participé à la construction de l'usine: "Ce sont des personnes et des entreprises de Russie et de Turquie, de Chine, d'Inde, d'Italie, d'Allemagne, de Croatie, de Serbie, du Kazakhstan, d'Ouzbékistan, du Kirghizistan".

Ce complexe d'usines se trouve à proximité du fleuve Amour, marquant la frontière avec la Chine, dans une région tout entière tournée vers son voisin oriental dans le cadre de la stratégie russe de "pivot vers l'Est", accentuée depuis la crispation en 2014 des relations avec l'Occident.

A 15 km des deux usines se trouve la ville de Svobodny, jadis mourante et isolée, en cours de transformation grâce à ces méga-projets.