Le président russe Vladimir Poutine a estimé que les personnes participant à des actions de protestation non-autorisées devaient être prêtes à "croupir" en prison et à s'y faire tondre après leur arrivée. 

"Si vous n'avez pas reçu d'autorisation et que vous manifestez, alors oui, je vous en prie, allez-vous faire raser" en prison, a dit le chef d'État, avec un petit sourire, dans un entretien avec l'agence de presse russe TASS diffusé mardi.

"Pour vous reposer, pour vous détendre un peu", a-t-il poursuivi.

"Pour trois ou cinq ans ? ", lui a demandé le journaliste de TASS Andreï Vandenko, auteur d'une série d'interviews organisée avec M. Poutine pour ses 20 ans au pouvoir.

"C'est au tribunal de décider", lui a répondu le maître du Kremlin, tout en ajoutant que la législation de "certains pays" prévoit que les participants à des actions de protestation non-autorisées "croupissent cinq ans ou dix ans en prison".

"C'est la loi et il faut la respecter. Sinon la situation dans le pays explose, sinon on laisse incendier des voitures dans les rues", a-t-il ajouté.

L'été dernier, la police russe a brutalement réprimé des manifestations non-autorisées organisées à Moscou pour protester contre l'éviction des candidats de l'opposition à des élections locales.

Plusieurs de ces manifestants ont été condamnés à des peines allant jusqu'à cinq ans de prison.

La loi russe oblige les organisateurs de rassemblements à recevoir une autorisation de la police, mais celle-ci est très souvent difficile à obtenir, selon les opposants.

Les manifestations "en solitaire", une affiche à la main, sont actuellement la seule forme de protestation en Russie qui ne requiert pas d'autorisation préalable.