Un homme est mort et des dizaines d'autres personnes ont été blessées à Minsk lors de protestations dimanche soir contre les résultats de l'élection présidentielle au Bélarus, selon l'ONG Viasna de défense des droits humains. "Un jeune homme a subi un traumatisme crânien mortel après avoir été heurté par un véhicule" des forces de l'ordre lors de manifestations dans le centre de la capitale, a indiqué lundi l'ONG Viasna dans un communiqué, précisant que des "dizaines" de personnes blessées lors des heurts se trouvaient actuellement dans des hôpitaux de Minsk.

Peu après l'annonce d'un sondage officiel donnant gagnant à près de 80% le président sortant, au pouvoir depuis 1994, les détracteurs du pouvoir à Minsk se sont rassemblés par milliers en différents endroits malgré les avertissements des autorités, qui avaient déployé un important dispositif anti-émeute.

"La police a le contrôle de la situation en lien avec les actions de masses non-autorisées", avait indiqué l'agence sur sa chaîne de la messagerie Telegram, citant le ministère de l'Intérieur.

A Minsk, la capitale, les forces de l'ordre ont eu recours à des grenades anti-émeutes face à des milliers de manifestants protestant contre l'annonce attendue de la victoire du président Alexandre Loukachenko au scrutin.

Selon plusieurs médias, dont la radio financée par le Congrès américain RFE/RL, des blessés ont été recensés par les manifestants, diffusant des images de personnes aux visages ensanglantés.

Des médias d'opposition et RFE/RL ont fait état de recours, outre les grenades sonores, à des balles en caoutchouc pour disperser les manifestants dans le centre de Minsk où des milliers de manifestants se sont rassemblés dans la nuit en divers endroits. Des heurts entre protestataires et policiers ont aussi été rapportés.

Des rassemblements d'opposition, marqués par des interventions policières musclées, ont aussi eu lieu, selon ces sources, dans plusieurs villes de province.

Dimanche, les autorités ont déployé à Minsk un dispositif policier impressionnant, incluant des centaines d'hommes et des véhicules anti-émeutes.

La campagne électorale pour la présidentielle a été marquée par une mobilisation sans précédent en faveur d'une nouvelle venue en politique, Svetlana Tikhanovskaïa. Celle-ci a estimé dimanche soir que "la majorité" la soutenait, alors qu'un sondage officiel réalisé à la sortie des bureaux de vote accordait une victoire écrasante au chef de l'État, Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 26 ans.

Mme Tikhanovskaïa a demandé aux forces de l'ordre de ne pas faire usage de violence. "Je veux rappeler à la police et aux militaires qu'ils font partie de la population", a-t-elle déclaré dimanche soir. Elle a également prié ses partisans d'éviter les provocations. "Je sais que les habitants du Bélarus se réveilleront demain dans un nouveau pays", a-t-elle conclu.