Le secrétaire d'Etat Mike Pompeo a demandé dans un communiqué au gouvernement du Bélarus de dialoguer avec le Conseil national de coordination formé par l'opposition pour promouvoir une transition politique, alors même que les autorités ont entamé jeudi des poursuites pour "atteinte à la sécurité nationale" contre cet organisme.

"Les Etats-Unis ont été inspirés par l'expression pacifique des Bélarusses souhaitant choisir leur propre avenir", a-t-il dit. "Nous confirmons notre engagement ancien à soutenir la souveraineté et l'intégrité territoriale du Bélarus, ainsi que les aspirations du peuple bélarusse à choisir ses dirigeants et sa propre voie sans interventions extérieures", a-t-il ajouté.

Le secrétaire d'Etat a réaffirmé la "profonde préoccupation" de Washington par rapport aux "graves irrégularités" constatées lors de la présidentielle, assurant qu'elle n'avait été ni libre, ni juste.

Il a réitéré sa "ferme condamnation" des violences contre les manifestants pacifiques et les journalistes.

"Nous appelons à la libération immédiate de ceux qui ont été injustement arrêtés, et à un recensement des personnes portées disparues", a-t-il insisté, exhortant aussi le gouvernement à accepter l'offre de médiation de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

"Nous soutenons les efforts internationaux pour analyser de manière indépendante les irrégularités électorales", "les violations des droits humains" et "la répression qui a suivi", a encore dit Mike Pompeo, alors que la France a proposé aussi une médiation européenne en liaison avec la Russie.