Dans la capitale espagnole, des centaines de personnes se sont rassemblées sur la Puerta del Sol, fortement gardée par les forces de sécurité, derrière des banderoles qui clamaient "Assez de censure" et réclamaient la "Liberté"pour Pablo Hasél.

Ce rappeur est devenu pour beaucoup un symbole de la liberté d'expression en Espagne après sa condamnation pour des tweets dans lesquels il insultait les forces de l'ordre espagnoles et s'en prenait à la monarchie.

Il s'était barricadé lundi dans l'université de Lérida en compagnie d'un groupe de sympathisants, mais la police catalane est intervenue mardi matin et l'a conduit directement en prison.

A Madrid, des manifestants, le visage dissimulé, ont lancé des bouteilles sur les policiers anti-émeutes, qui ont chargé.

A Barcelone, où mardi soir des affrontements avaient déjà eu lieu, des altercations ont été enregistrées à nouveau, avec des projectiles jetés sur les policiers et des barricades érigées avec des bennes à ordures incendiées.

Les manifestations de mardi soir, à Barcelone et dans d'autres villes de Catalogne, ont fait une trentaine de blessés et conduit à l'arrestation de quinze personnes.