Le cardinal Philippe Barbarin, relaxé en appel jeudi pour ses silences sur les abus sexuels d'un prêtre du diocèse de Lyon, a annoncé jeudi qu'il remettrait une nouvelle fois sa démission au pape pour permettre à l'Eglise de "tourner la page".

"De nouveau, je vais remettre ma charge d'archevêque de Lyon entre les mains du pape François", a annoncé l'archevêque dans une brève déclaration devant la presse à la maison diocésaine de Lyon, ajoutant que "naturellement, si le Saint-Père souhaite me voir, je me rendrai à Rome".

"Mes pensées vont aujourd'hui (jeudi), toujours, vers les victimes", a encore déclaré le prélat de 69 ans, estimant que sa relaxe permettait "de tourner la page et d'ouvrir un nouveau chapitre pour l'Eglise de Lyon".

Condamné en première instance, le cardinal avait annoncé sa démission en mars, mais elle avait été refusée par le Vatican. L'archevêque s'était ensuite mis en retrait des affaires du diocèse dans l'attente de la décision de la cour d'appel. "Maintenant je veux paisiblement lui renouveler ma demande", a-t-il déclaré jeudi.

La Cour d'appel de Lyon a relaxé jeudi le Primat des Gaules, annulant le jugement du tribunal correctionnel qui l'avait condamné en mars à six mois de prison avec sursis pour ne pas avoir dénoncé les agressions sexuelles commises par Bernard Preynat sur de jeunes scouts entre 1971 et 1991.

Pour son avocat Jean-Félix Luciani, le cardinal "part la tête haute, sans arrogance". "Il souhaitait partir depuis longtemps. Il quittera sans doute Lyon et à regret car il a beaucoup aimé Lyon", a encore commenté son conseil pour qui "la décision du Vatican ne devrait pas prendre beaucoup de temps".