Un quadragénaire a été condamné lundi par un tribunal de Liverpool (nord-ouest) à trois ans de prison pour avoir mis le feu à une antenne-relais qu'il croyait liée à la propagation du nouveau coronavirus au Royaume-Uni.

Michael Whitty, 47 ans, gérant de parkings à l'aéroport John Lennon de Liverpool, avait fait des recherches sur internet au sujet de théories reliant la 5G au virus, avant d'incendier, le 4 avril, l'armoire technique de l'antenne-relais du groupe Vodafone à Kirkby, au nord-est de Liverpool. Ce père de trois enfants, qui accumulait déjà 29 condamnations, notamment pour agression et possession d'une arme à feu, avait plaidé coupable d'incendie criminel.

"J'estime qu'il y a eu un degré élevé de préparation et de préméditation", a déclaré le juge Thomas Teague lors d'une audience par visioconférence. "Des allume-feux ont été utilisés et, dans la mesure où l'objectif était de mettre l'antenne-relais hors d'usage, il y avait intention de causer d'importants dommages à la propriété d'autrui", a-t-il ajouté. Le magistrat a toutefois estimé que le prévenu, qui est également bénévole dans une association caritative, avait témoigné de remords sincères.

Selon l'accusation, l'équipement a été hors service durant 11 jours et les dommages sont estimés entre 10.000 et 15.000 livres (11.200 et 16.800 euros). Le prévenu a été confondu par des allume-feux, retrouvés chez lui lors d'une perquisition, similaires à ceux utilisés sur le lieu de l'incendie. L'analyse de son téléphone portable a aussi révélé des recherches en ligne sur la technologie 5G, la participation à des groupes de discussions sur le sujet ainsi que des photos et vidéos d'autres antennes-relais dans les environs de Liverpool.

Plusieurs antennes-relais ont été attaquées depuis le début de la pandémie au Royaume-Uni à la suite de la diffusion de rumeurs complotistes liant la 5G à la maladie Covid-19.