François de Rugy a prononcé un discours à l'occasion de la passation de pouvoir, sur le parvis de l'Hôtel de Roquelaure à Paris. L'ancien ministre de la Transition écologique a démissionné ce mardi, laissant place à Elisabeth Borne, qui a été désignée pour récupérer ce portefeuille.

Dans son discours, l'ex-ministre a rappelé son engagement pour l'écologie et son choix de l'avoir portée au niveau politique. "Je crois qu'aucune maladresse commise, aucune erreur commise payée au prix le plus cruel peut effacer des années de politique en faveur de l'écologie", a déclaré François de Rugy, au lendemain de sa démission. S'adressant à Elisabeth Borne, celle qui devient à son tour ministre de la Transition écologique - la septième en sept ans - il concède: "Dans la sincérité et l'émotion vous passer le témoin est pour moi un double soulagement."

"Un soulagement politique d'abord parce que je sais votre compétence, je sais votre engagement, votre sens de l'Etat, votre détermination à conduire les transformations écologiques contre toutes les inerties économiques, sociales et politiques. Il est aussi un soulagement plus personnel, chacun le comprendra et chacun me comprendra. Si l'engagement politique apporte des satisfactions, il charrie aussi des difficultés, des douleurs. Pour celui ou celle qui s'engage (...) mais aussi pour ses proches, l'entourage familial" continue le ministre, en jetant un regard à son épouse, présente sur le parvis. Il y a dix mois, lorsque j'ai accepté de répondre à la demande du président de la République de prendre la tête de ce ministère, je savais que c'était un défi, que je ne faisais pas le choix de la facilité. Je l'ai fait par esprit de responsabilité. Hier, en prenant ma décision personnelle, difficile, j'ai fait passer l'intérêt collectif avant mon intérêt personnel", a-t-il encore déclaré.