"Démocrates unis". "Voilà comment sont détenus tous les participants au Forum des députés indépendants", a indiqué sur Telegram cette organisation, postant une vidéo des opposants emmenés dans des cars de police.

Environ 150 personnes - dont une immense majorité de députés locaux - venues de toute la Russie participaient à ce forum organisé dans un hôtel du nord de Moscou, dont l'objectif était de discuter des élections régionales et locales prévues en septembre.

"Quarante minutes après le début du forum, la police a rempli la salle. Tous les députés ont été arrêtés et emmenés dans les commissariats", a indiqué sur Facebook l'opposant Ilia Iachine, accompagnant son post d'une photo de lui dans un fourgon de police.

Des images publiées par les médias russes montraient des dizaines de fourgons de police garés dans la neige devant l'hôtel tandis que sur une vidéo publiée par un député de quartier moscovite, Sergueï Vlassov, un officier de police affirmait que cet "évènement est indésirable".

L'ex-maire de Iékatérinbourg Ievguéni Roïzman ou l'opposant Vladimir Kara-Murza figurent parmi les personnes arrêtées, tout comme plusieurs journalistes qui couvraient le forum.

"Les policiers ont dit que l'évènement était organisé par une organisation indésirable", a affirmé l'organisation russe d'opposition Open Russia à l'agence de presse Interfax. Les Démocrates unis, organisateur du forum, est comme Open Russia un projet de l'oligarque en exil Mikhaïl Khodorkovski, une des bêtes noires du Kremlin.

"La raison de l'annulation du forum est claire: les autorités ont peur de toute concurrence lors des élections et intimident leurs opposants", a réagi sur Telegram l'équipe du principal opposant russe Alexeï Navalny, actuellement incarcéré.

"La cote du (parti au pouvoir) Russie Unie est au plus bas et gagner les élections, même truquées, devient plus difficile", ajoute le texte.

Une loi promulguée en 2015 par Vladimir Poutine permet de désigner des organisations étrangères actives en Russie comme "indésirables". Elles peuvent ensuite être interdites, qu'il s'agisse d'ONG, de fondations ou d'entreprises.