Porte-parole d'Emmanuel Macron depuis plus d'un an, Sibeth Ndiaye a passé le relais à Gabriel Attal tirant un trait sur la politique ce mardi. Ses 15 derniers mois de travail aux côtés du président français n'ont pas été de tout repos, la porte-parole s'étant plusieurs fois retrouvée au centre de diverses polémiques.

SIbeth Ndiaye est un nom dont les Français se souviendront, même si elle ne fait maintenant plus partie du gouvernement d'Emmanuel Macron. Plusieurs de ses déclarations, parfois jugées contradictoires, ont régulièrement été épinglées. Dernière polémique en date, celle concernant ses propos liés à l'arrestation d'une infirmière qui avait lancé des projectiles vers la police lors d'une manifestation des soignants en France le 16 juin dernier.

Sur France 3, Sibeth Ndiaye avait d'abord déclaré que la justice devait s'exercer "de manière normale, comme pour n'importe quel citoyen" à l'égard de cette infirmière, avant de préciser sa pensée: "Quand je ne sais pas expliquer qu'on jette des pierres sur les forces de l'ordre, je ne vois pas en quoi il faudrait l'absoudre". Mais le passage le plus contesté de son interview était ceci : "Moi, je comprends évidemment l'émotion qu'a suscitée l'image qu'on a vue de son arrestation. Mais en même temps, je ne saurais pas expliquer à mes enfants, par exemple, s'il est normal, ou pas, de jeter des pierres sur les forces de l'ordre". Une sortie qui avait rapidement fait réagir, les syndicats de policiers ainsi que des personnalités politiques françaises qualifiant les dires de Sibeth Ndiaye de "faute lourde", et de"paroles ignobles" et "inquiétantes" de la part d'une responsable du gouvernement.

Avant ça, en mars, l'ancienne porte-parole d'Emmanuel Macron s'était déjà retrouvée sous le feu des critiques. Pour justifier qu'elle ne portait pas de masque en pleine crise de coronavirus, elle avait avoué ne pas savoir l'utiliser, ajoutant même qu'un masque n'était "pas conseillé tant qu'on n'était pas malade". 

Le même mois, SIbeth Ndiaye avait fait une autre sortie remarquée. En direct sur BFMTV le 25 mars, elle était interrogée sur le manque de main-d'oeuvre des agriculteurs en période de confinement. À la question de savoir si un appel à l'aide allait être relayé, elle avait déclaré: "Nous n'entendons pas demander à un enseignant qui aujourd'hui ne travaille pas de traverser toute la France pour aller récolter des fraises", sous-entendant que les enseignants n'avaient rien à faire pendant cette période de crise. Elle s'était ensuite excusée pour ses propos sur Twitter, avouant que son exemple "n'était vraiment pas bon".

Au moment de sa nomination en tant que porte-parole du président français en mars dernier, d'autres paroles de Sibeth Ndiaye, datant de juillet 2017, avaient refait surface sur les réseaux sociaux. "J'assume parfaitement de mentir pour protéger le président", avait-elle déclaré, dans des propos épinglés à l'époque par L'Express. 

Indépendamment de toutes ces sorties largement commentées, Sibeth Ndiaye a aussi régulièrement été moquée, par d'autres personnalités politiques notamment, que ce soit sur son physique, son style ou sa façon de se comporter. Dans un tweet en juillet 2019, Nadine Morano s'en était pris à l'ex porte-parole de 40 ans : "Outrée mais habituée à entendre ses inepties débitées souvent en tenue de cirque". Un post raciste, auquel Sibeth Ndiaye s'est dite habituée. "Ces propos racistes ne me touchent plus", avait-elle réagi.