"C'est le moment, maintenant. Un accord est essentiel. Nous devons trouver des solutions et parvenir à un accord, pour le plus grand bénéfice de nos citoyens", a-t-il déclaré dans sa lettre d'invitation aux dirigeants européens. "Trouver un accord nécessitera un travail acharné et une volonté politique de la part de tous", a-t-il ajouté. Enjeu des négociations: un plan de relance de 750 milliards d'euros, composé de 250 milliards de prêts, et surtout de subventions à hauteur de 500 milliards, qui n'auront pas à être remboursées par les Etats bénéficiaires. Il est adossé au budget européen à long terme de 1.074 milliards d'euros. C'est la première fois que les 27 chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE se rencontrent en face à face pour un sommet à Bruxelles depuis février et la mise en place puis la levée progressive des mesures de confinement liées à la pandémie de coronavirus. Les négociations s'annoncent longues et difficiles et ce sommet extraordinaire de deux jours, voire trois, pourrait ne pas être le dernier.