"Connaissant votre sens politique comme votre rigueur intellectuelle, je n'ai aucun doute sur le fait que vous saurez (...) prendre les bonnes décisions": Edouard Philippe s'est montré laudateur envers son successeur Jean Castex, vendredi, lors de leur passation de pouvoir à Matignon.

Après un entretien entre les deux hommes, le désormais ex-Premier ministre a d'abord salué "l'intelligence", la "connaissance fine du pays", le "sincère attachement à l'Etat" du nouveau locataire de Matignon, dont il avait fait il y a trois mois le "Monsieur déconfinement" du gouvernement.

"Notre pays qui a traversé cette crise sanitaire, qui a traversé d'autres crises, a besoin d'un esprit ouvert et d'une main ferme et je pense que vous avez cet esprit ouvert et cette main ferme", a poursuivi Edouard Philippe.

"Connaissant votre sens politique comme votre rigueur intellectuelle, je n'ai aucun doute sur le fait que vous saurez, face à des décisions qui sont parfois difficiles, prendre les bonnes décisions", a encore salué le désormais maire du Havre.

"Je n'ai pas véritablement besoin de vous souhaiter du courage, d'abord parce que je sais que vous en avez, et ensuite parce que si vous n'en aviez pas, vous ne seriez pas là", a-t-il encore fait valoir, avant de lui donner un conseil: "Soyez bon !".

En retour, Jean Castex a loué chez son prédécesseur un "style Edouard Philippe" mêlant "clairvoyance", "hauteur de vues" et enfin "l'élégance dans tous les sens de ce terme".

Remerciant conseillers et personnel de Matignon, pour certains émus aux larmes, M. Philippe a quitté les lieux qu'il avait occupés pendant trois ans accompagné d'applaudissements nourris, sous les yeux de son épouse et de son fils aîné.

Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon

Jean Castex, nommé vendredi Premier ministre, a dit mesurer "l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon, dans un communiqué mis en ligne sur le site de la ville de Prades (Pyrénées-orientales) dont il est maire. "Le Président de la République m'a proposé de me nommer Premier ministre. Compte tenu des circonstances exceptionnelles dans lesquelles se trouve notre pays, j'ai accepté", a encore déclaré M. Castex, attendu dans l'après-midi à Matignon pour la passation de pouvoir avec Edouard Philippe.

"Je mesure l'immensité de la tâche qui m'attend", a-t-il poursuivi, en assurant qu'il serait "puissamment aidé par l'expérience acquise" à la mairie de Prades (6.000 habitants), où il a été réélu avec près de 76% des voix dès le 1er tour le 15 mars dernier.

"Si l'ampleur de ces nouvelles fonctions ne me permettra plus d'exercer la charge de maire, je resterai membre du conseil municipal", a-t-il ajouté, précisant que son premier adjoint assurerait l'intérim le temps de son mandat à Matignon.