"Le nombre de blessés touchés par l'assaillant présumé s'élève à sept. Auparavant, les informations avançaient un chiffre de huit blessés", a indiqué la police dans un communiqué.

L'assaillant présumé, un homme d'une vingtaine d'années, a été blessé à la jambe par des tirs de la police lors de son interpellation dans l'après-midi de mercredi à Vetlanda, une petite ville sans histoire du sud du pays.

Trois des blessés souffrent de blessures engageant leur pronostic vital et deux de blessures graves, selon un bilan fourni en fin de soirée par l'hôpital de Jönköping, le chef-lieu de la région.

La police avait initialement écarté la piste terroriste mais avait finalement indiqué suspecter un possible "crime terroriste" dans ces tentatives de meurtres.

Les enquêteurs sont restés prudents mercredi soir lors d'une conférence de presse. "Il y a des détails de l'enquête qui font que nous travaillons sur de possibles motivations terroristes. Mais je ne peux pas préciser de quoi il s'agit", a indiqué Malena Grann, chef de la police de la région de Jönköping.

Le suspect, hospitalisé pour le traitement de ses blessures, n'était pas en état d'être entendu. Connu de la police pour des délits mineurs, il habitait dans la région, selon les autorités, qui n'ont pas donné sa nationalité. Il a commis l'attaque avec "une arme tranchante", selon la police.

L'attaque s'est déroulée à cinq endroits séparés de quelques centaines de mètres dans le centre de cette petite ville, selon la police.

La télévision suédoise SVT a diffusé des images d'un témoin montrant l'interpellation avec le suspect blessé au sol, dans un banal quartier résidentiel.

"Je condamne cet acte terrible. Nous affrontons ces actes odieux avec la force collective de la société", a réagi le Premier ministre suédois Stefan Löfven.

En Suède, les services de renseignement considèrent la menace terroriste comme élevée et des ajustements ont régulièrement eu lieu, notamment après des attentats sur le sol européen.

Le pays scandinave a été visé à deux reprises par des attentats ces dernières années.