La cour d'appel d'Istanbul a révoqué le premier jugement datant de février 2020 et a renvoyé l'affaire devant le tribunal qui s'était prononcé la première fois, selon une décision consultée par l'agence de presse DPA.

Parmi ceux qui voient leur acquittement annulé figure l'homme d'affaires et philanthrope Osman Kavala, qui se trouve encore derrière les barreaux. Un nouveau mandat d'arrêt avait été émis contre lui juste après son acquittement, dans le cadre d'une enquête séparée, liée à une tentative de putsch visant le président Recep Tayyip Erdogan en 2016.

Les neuf individus avaient été inculpés pour leur rôle présumé dans les protestations contre les plans du gouvernement de rénover une aire du centre d'Istanbul, incluant la destruction du parc Gezi, l'un des plus grands espaces verts de la ville.

La répression des manifestations avait mené à des protestations anti-gouvernementales dans tout le pays, les plus grandes dirigées contre Recep Tayyip Erdogan, qui était alors encore Premier ministre et non président.

Le président turc Erdogan a publiquement accusé M. Kavala d'avoir financé les manifestations, avec l'aide du philanthrope américano-hongrois George Soros. Il a qualifié à plusieurs reprises les protestations de conspiration internationale.